Législatives au Togo: la diffusion de chiffres partiels par la Céni fait monter l'opposition au créneau

Le Collectif «Sauvons le Togo» (CST) conteste la diffusion par la la Commission électorale nationale indépendante (Céni) de chiffres partiels, accusant la commission et le pouvoir de préparer l’opinion à des fraudes. Alors que les chiffres diffusés depuis jeudi soir par la Commission donnent une avance au parti au pouvoir suivi de la CST, celle-ci rappelle que seuls les chiffres des procès verbaux de bureau de vote font foi. Le reste est inexploitable. La polémique enfle.



Le président du Togo, Faure Gnassingbé (G) glisse son bulletin dans l'urne dans une école à Lomé. REUTERS/Noel Kokou Tadegnon
Le président du Togo, Faure Gnassingbé (G) glisse son bulletin dans l'urne dans une école à Lomé. REUTERS/Noel Kokou Tadegnon
Le collectif « Sauvons le Togo » est très remonté face à ces tendances rendues publiques par la télévision nationale. Ce n’est pas légal et les commissions électorales locales indépendantes n’ont pas fini de valider les procès verbaux.
Eric Dupuis, chargé de la communication à l’Alliance nationale pour le changement précise : «Le CST rappelle que les publications faites par la TBT dans la nuit du 25 au 26 juillet 2013 ne sont nullement conformes aux procédures prévues par les articles 97, 98, 99 et suivants du code électoral. Procédures qui reposent exclusivement sur la prise en compte des procès verbaux de chaque bureau de vote, dans chaque circonscription électorale.»
L'opposition monte la garde contre les fraudes
Pour le collectif «Sauvons le Togo», cette publication des tendances est une invitation à la tricherie et à la fraude électorale.
Aux yeux du gouvernement, ces accusations sont sans fondement. Gilbert Bawara, ministre de l’Administration territoriale souligne : « J’aurais pu comprendre qu’ils contestent un mode qui aurait été improvisé, ce qui n’est pas le cas. J’aurais pu comprendre que les tendances qui sont en train d’être indiquées soient remises en cause parce qu’ils détiendraient d’autres éléments d’information, réfutant ces tendances. La remise de copies des procès verbaux aux délégués des candidats, donc y compris aux délégués du collectif 'Sauvons le Togo', rend pratiquement impossible, toute manipulation des résultats.»
Echaudée par les résultats électoraux du passé, l’opposition ne baisse pas la garde pour ce scrutin aux grands enjeux.

Source : Rfi.fr

Dépéche

Samedi 27 Juillet 2013 - 12:47




1.Posté par SOULEMANA Allassani le 28/07/2013 11:29
Bien répondu, Monsieur le Ministre de l'Administration Territoriale, de la Décentralisation et des collectivités locales, Monsieur Gilbert BAWARA. Félicitation pour les stratégies démocratiques mises en place pour la parfaite organisation de ces élections. Je vous supporte, surtout le PR

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter