PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Législatives du 30 juillet : MTS vilipende Macky Sall auprès du Département d’Etat américains

« Mankoo Taxawu Senegaal » (MTS), a vilipende Macky Sall auprès du Sénat et du Département d’Etat américains, par une lettre incendiaire. Cette missive a été envoyée aux Honorables Corker et Richmonde, respectivement Chairmen du US senate committee on foreign relations et US congressional black caucus, avec une copie à Ed Royce, Chairman on US house committee on foreign affairs, et au département d’Etat américain.



MTS, une coalition de partis de l'opposition sénégalaise, qui dit "lutter pour la justice, légalité, la liberté et la transparence" ne compte pas lâcher le morceau après les élections législatives du 30 juillet dernier. Surpris de la façon dont les élections se sont déroulées, la section américaine de ladite coalition a écrit une lettre aux Honorables Corker et Richmonde, pour exprimer ses profondes inquiétudes au sujet de l’état actuel de la démocratie et de la primauté du droit au  Sénégal.
 
Ils ont expliqué qu’«en 2016, le Président de la République du Sénégal, Macky  Sall, également président du Parti APR (Alliance Pour la République), a décidé du refonte du fichier électoral, considérant qu’il y avait un stock mort (personnes qui ne votent plus pour des raisons multiples). Il a demandé une inscription sur de nouvelles listes électorales de tous Sénégalais âgés de 18 ans au moins. Pour l’obtention de la nouvelle carte d’identité biométrique de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique l’Ouest), qui sert également de carte d’électeur… ».
 
Poursuivant leur propos, ils ont souligné dans la lettre que : « Les Sénégalais  de l’intérieur du pays et de la Diaspora bravent toutes les difficultés pour s’inscrire sur les listes électorales. A la fin du processus, 6 199 851 Sénégalais ont pu s’inscrire. Un problème de distribution des cartes s’en est suivi. Un taux faible de 30% de récupération de carte a été noté au Sénégal, ainsi que dans la Diaspora, à deux semaines des élections. Grâce à des techniques viles et sordides développées au sein de son administration, par ses hommes et sous sa surveillance, il (le président Macky Sall) a privé de liberté de vote à près de deux millions de citoyens Sénégalais… ».

«Avec dégoût et mépris, il a truqué l’ensemble du processus électoral pour affaiblir l’opposition et  donner des avantages à ses partisans pour remporter le scrutin… », dénoncent-ils dans la lettre. Avant d’avertir : « en 2019, le Sénégal va se diriger vers une élection présidentiel. Nous pouvons affirmer que les Sénégalais n’accepterons pas, ne toléreront pas un autre processus électoral jalonné d’irrégularités, de fraudes ou de manquements… », peut-on lire dans les colonnes de « Vox Populi ».  
 
 


Mardi 19 Septembre 2017 - 13:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter