Législatives en Guinée: une forte affluence et des dysfonctionnements signalés

Les premières élections législatives libres en Guinée depuis 2002 se sont tenues ce samedi 28 septembre. Cinq millions d'électeurs étaient appelés aux urnes pour choisir 114 députés. Les bureaux de vote ont fermé et le dépouillement a commencé. Tout s'est passé dans le calme, malgré quelques dysfonctionnements techniques ; la participation semblait au rendez-vous. Seul élément chiffré pour le moment : la Commission électorale nationale indépendance annonçait une participation de 40% dans l'ensemble du pays à la mi-journée. Les premiers résultats provisoires sont attendus dans les trois jours à venir.



Législatives en Guinée: une forte affluence et des dysfonctionnements signalés

Trois choses ont mobilisé l’attention générale à Conakry en ce jour de vote.


La première, c’est un phénomène naturel. Un immense arc-en-ciel a traversé le ciel de Conakry pendant plusieurs heures ce samedi. L’arc-en-ciel est le symbole du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), le parti présidentiel, et bien évidemment dans le camp d’Alpha Condé on a vu dans ce phénomène naturel un heureux présage.


La deuxième chose à noter, c’est la belle affluence dans les bureaux de vote. Les Guinéens se sont déplacés en masse et globalement dans le calme. Il y a certes eu quelques incidents, notamment des électeurs frustrés de ne pouvoir voter parce qu’ils n’avaient pas reçu leur carte d’électeur.


Manque de matériel


Mais ce qu’il faut surtout noter, c’est que la commission électorale, la Céni, a passé la journée à corriger des dysfonctionnements. En banlieue de Conakry notamment beaucoup de bureaux manquaient encore - ce samedi matin - de matériel. A Sangoya, Wanindara, Simbaya, les bureaux de vote ont été livrés dans l’après-midi, mais on a parfois dû improviser et, par exemple, partager des bulletins de vote entre plusieurs bureaux de vote pour pallier les manques. En province, certains opposants signalent des bureaux de vote trop éloignés des électeurs ou même carrément introuvables et des dérogations excessives ainsi que des enveloppes manquantes.


Un accouchement délicat donc pour ces élections législatives, mais une participation qui, notamment à Conakry, devrait être plus qu’honorable.


Rfi.fr

Dimanche 29 Septembre 2013 - 11:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter