Les Yéménites entament un dialogue national crucial

C'est ce lundi 18 mars que débute le dialogue national au Yémen. Pendant six mois, 565 délégués qui représentent les partis politiques, le sud du pays, la rébellion nordiste chiite et les composantes de la société civile vont débattre sous la houlette du président Abd Rabbo Mansour Hadi. Ce dialogue doit permettre d'élaborer une nouvelle Constitution et préparer pour février 2014 des élections générales, à la fin d'une période de transition de deux ans qui a commencé avec le départ en février 2012, sous la pression de la rue, du président Ali Abdallah Saleh.



Le président duYémen Abd-Rabbu Mansour Hadi
Le président duYémen Abd-Rabbu Mansour Hadi
C'est en l'absence de plusieurs leaders sudistes que débute ce dialogue national. Les partisans d'une indépendance du sud du Yémen boycottent ce processus. D'autres groupes, qui souhaitent l'autodétermination ou le fédéralisme vont, eux, participer aux discussions. Mais tant que les Sudistes ne parleront pas d'une seule voix, le dialogue ne pourra véritablement renforcer l'unité du pays.

Outre cette question sudiste, le Yémen est confronté à d'autres défis. Un mouvement de contestation au Nord, où la minorité chiite s'estime marginalisée, les attaques menées contre des étrangers et des cibles militaires et pétrolières par la branche locale d'al-Qaïda. Et une situation économique catastrophique, avec une pauvreté qui touche la moitié de la population.

Il y a aussi les révolutionnaires, qui estiment que l'ancien président Ali Abdallah Saleh, qu'ils ont renversé en 2012, conserve avec son parti encore trop de pouvoir.
Le Yémen est le seul pays arabe où la révolte populaire a abouti à une solution négociée. Les différents courants politiques et la société civile doivent maintenant vaincre leurs divisions pour achever la transition.

Source : Rfi.fr

Dépéche

Lundi 18 Mars 2013 - 10:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter