Les aéroports africains à l'heure de la sécurité et de la qualité

Les questions relatives à la sécurité et la sureté dans les aéroports doivent être érigées en priorité absolue par tous les Etats africains. C’est l’avis d’Abdoulaye Diouf Sarr, ministre du Tourisme et de Transports aériens du Sénégal qui s’exprimait à l’occasion de la 9ème assemblée générale de l’Union des gestionnaires d’aéroports d’Afrique Centrale et de l’Ouest qui se tient à Dakar.



Les aéroports africains à l'heure de la sécurité et de la qualité
L’objectif de cette rencontre est de mettre en place un mécanisme pour aider les membres à exploiter des aéroports sûrs, sécuritaires, efficaces, financièrement sains et compatibles avec leur environnement’’.

Pour le ministre du Tourisme et de Transports aériens, la sécurité et la sureté constituent des exigences universelles dans le domaine aéroportuaire. « Je me réjouis que les gestionnaires d’aéroport en Afrique et l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et Madagascar (ASECNA), aient jugé nécessaire de discuter de ce thème hautement stratégique», a soutenu le ministre, qui dit « attendre avec intérêt les conclusions des travaux ».

Le rôle de l’ASECNA est de garantir la sécurité des passagers et des aéroports en Afrique, a déclaré pour sa part Amadou Ousmane Guitteye, directeur général l’Agence panafricaine. « Nous avons deux rôles en tant que gestionnaires d’aéroport. On fait l’exploitation commerciale et nous avons également une exigence de sécurité de la navigation et de la sureté des aéroports. Mais, la responsabilité suprême de la sécurité incombe toujours aux Etats. Ce n’est pas l’ASECNA ni d’autres institutions, c’est l’autorité régalienne des Etats. », précise toutefois le directeur général.

Pour le directeur général des Aéroports du Sénégal, Pape Maël Diop, les défis qui interpellent les gestionnaires d’aéroport du continent sont avant tout la qualité et la sécurité. «Aujourd’hui nous raisonnons en terme de marketing aéroportuaire, c’est la prise en charge du passager de son arrivée à l’aéroport jusqu’à l’embarquement, avec tout ce qu’il y a comme mesure visant à améliorer les conditions de voyage du passager à l’arrivée comme au départ », a dit M.Diop.

« C’est important que les gestionnaires d’aéroport se réunissent pour identifier les problèmes et dégager des perspectives pour que demain l’Afrique puisse tirer les profits du développement aéroportuaire », note Pape Maël Diop.

La réunion de Dakar vise à créer, développer et entretenir la coopération et l’assistance entre les aéroports civils des sous-régions Afrique Centrale et Occidentale, échanger des informations relatives à l’amélioration de la gestion des aéroports.
 
 


Jeudi 11 Juin 2015 - 14:07




1.Posté par newsoftpclab le 07/11/2015 14:32
Les aéroports africains doivent-ils être plus sécurisés?Jusqu'à ou ira-t-on question securite.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter