Les cadrent libéraux ne reconnaitront pas le verdict de la Crei



Les cadrent libéraux ne reconnaitront pas le verdict de la Crei
La fédération nationale des cadres libéraux (Fncl) ne compte pas reconnaitre le verdict de la cour de répression de l’enrichissement illicite  (Crei ) concernant l’affaire Karim Wade et cis. Abdou Khafor touré et ses compagnons l’ont fait savoir hier lors d’une conférence de presse.

Ces  derniers ont dénoncé "l’acharnement"  du président de la république Macky Sall et son régime  contre leur formation politique et contre Abdoulaye Wade.  Khafor  Touré, Bassirou Kébé, Me Adama sALL entre autres estiment qu’en décidant de s’en prendre à Karim Wade, ils veulent atteindre  physiquement et Moralement Abdoulaye Wade. A cet effet, ils précisent qu’ils ne reconnaitront pas le verdict de la  Crei.

Les cadres libéraux on dénoncé par ailleurs « les tentatives de déstabilisation de leur formation politique par le régime de Macky Sall ». Selon Me Adama Sall et compagnie, il y a trop d’emprisonnements, ainsi diront ils « ils ont mis en prison Abdoul Aziz Diop, président des cadres libéraux, ainsi que victor Diouf, scrétaire Général du mouvement des élèves et étudiants libéraux (Meel), mais aussi Toussaint Manga, Secrétaire général de l’Union des jeunesses travaillistes libérales (Ujtl), sans parler de Aida Diongue et Karim Wade c’est trop ».

Toutefois, les cadres libéraux  soutiennent que dans tous les cas, si Karim Wade est condamné, Aliou Sall peut faire ses bagages et ce sera le début. « Aliou Sall n’est que l’arbre qui cache la forêt avec plusieurs scandales comme les affaires Petro-Tim et Arcelor Mittal ». Les membre de la Fncl  ont indiqué par ailleurs « qu’après avoir construit et entretenu le mensonge sur le dossier Karim Wade , l’actuel régime veut et cherche à tout prix à barrer la route à un véritable potentiel candidat face à Macky Sall lors de la présidentielle de 2017 ».
 
Les cadres libéraux dénoncent encore une fois une opération de démantèlement du Pds, par Macky Sall et son régime. Ils rappellent ainsi que, certains de leurs responsables sont toujours frappés d’interdiction de sortie du territoire depuis plus de deux ans. Ces derniers avertissent par ailleurs, « nous ferons face puisqu’il est temps d’agir, il faut agir ». Ils exigent par la même occasion, la libération sans conditions de « leurs détenus politiques ». Non sans préciser, qu’ils sont soucieux des graves conséquences qui peuvent découler d’une « telle forfaiture d’Etat orchestrées autour d’une parodie de justice ».
 
Ils prennent ainsi à témoin l’opinion nationale et internationale sur l’entière responsabilité  du président Macky Sall à garantir la paix sociale, la stabilité nationale, l’intégrité de l’Etat de droit de la cohésion nationale .
 


Jeudi 19 Février 2015 - 10:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter