Les cadres du Pds sur les accusations d'Amath DANSOKHO: "Dansokho outrepasse toutes les limites mêmes celles accordées aux aliénés"



Les cadres du Pds sur les accusations d'Amath DANSOKHO: "Dansokho outrepasse toutes les limites mêmes celles accordées aux aliénés"
 
 
La Fédération nationale des  cadres libéraux (Fncl) apporte un démenti à la sortie du président du Parti de l’indépendance et du travail (Pit), Amath Dansokho qui accuse les dignitaires de l’ancien régime d’avoir planqué 2200 milliards en France. « Il outrepasse toutes les limites même celles accordées aux aliénés », ont martelé les cadres du Pds dans un communiqué publié dont copie nous est parvenue.
 
Les Cadres du Pds qui estiment que les propos du ministre d’Etat sont d’une « extrême gravité » disent vouloir la manifestation de la vérité pour l’honneur du Sénégal. Ils défient Amath Dansokho de décliner publiquement les identités des  mis en cause. Abdoul Aziz Diop et les autres cadres du Pds demandent au Ministre de la Justice et au Procureur de la République d’ouvrir sans délai une procédure pour entendre Amath Dansokho pour apporter les preuves de ses allégations et éventuellement aider à la manifestation de la vérité.
Ils disent souhaiter que la France qui, selon le communiqué « est  accusée d’être devenue un pays receleur et complice de blanchiment d’argent, confirme ou infirme de telles accusations sur un Etat réputé de justice et de démocratie. Les cadres du Pds interpellent aussi le Président de La République sur « les graves propos de son fanfaron de Ministre d’Etat qui affirme que  jusqu’en 2007, les libéraux prenaient à la pelle » alors qu’à cette période, il occupait les hautes charges de Premier Ministre et était au cœur du régime libéral ».
 
Par ailleurs, la Fncl rappelle que « le Pds a réitéré a maintes reprises son désir de voir toutes les personnes ayant eu à assumer des charges publiques du 03 avril 2000 au 04 avril 2012 d’être soumises sans distinction aucune à des audits ». « Cet appel jusqu’à ce jour semble être tombé dans des oreilles de sourds comme celles de Amath Dansokho dont les limogeages successifs par Abdoulaye Wade et Abdou Diouf attestent s’il en était encore besoin de son incompétence », souligne la Fncl qui parlant toujours de M. Dansokho ajoute : « il a peiné à terminer le mandat municipal que les populations de Kédougou lui avaient confié. Il reste tristement gravé dans les mémoires de ses concitoyens comme étant le maire le plus absentéiste, le plus farfelu et le moins orthodoxe ».


Mercredi 19 Décembre 2012 - 02:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter