Les dessous du clash entre Rewmi et APR : le sondage commandité par Idy qui repositionne Karim et fait peur au camp présidentiel

Tout comme sur l’ancien premier ministre Idrissa Seck en 2005 dans le cadre de l’affaire dite des chantiers de Thiès qui l’a valu un séjour en prison avant d’arriver 2ème derrière le président sortant Wade lors des joutes électorales de 2007, la réalité sociale bien sénégalaise qui défend les « opprimés » atteint Karim Wade qui arriverait 2ème derrière le président Sall si une élection devait se tenir aujourd’hui. Le maire de Thiès qui aurait commandité serait 3ème. D’où sa décision de rompre d’avec la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) pour retrouver sa place dans le cœur des Sénégalais avant 2017.



Les dessous du clash entre Rewmi et APR : le sondage commandité par Idy qui repositionne Karim et fait peur au camp présidentiel
Avant de prendre la décision de quitter le navire de Benno Bokk Yaakaar (BBY), Idrissa Seck a commandité un sondage qui le classerait à la 3ème position derrière le plus célèbre détenu sous nos cieux, Karim Wade si une élection devait se tenir aujourd’hui.

D’où l’inquiétude du membre du Directoire de l’Alliance pour la République (APR), Sory Kaba qui en parle.
« Idrissa Seck a réalisé un sondage d’opinion pour avoir des indicateurs afin de tirer sa décision politique et ce sondage le classe 3ème si une élection présidentielle se tenait aujourd’hui. Cela veut dire qu’il n’est pas encore dans le cœur des Sénégalais », dit ce dernier qui ne manque tout de même pas de préciser.

« On est dans un champ politique et quoi qu’on dise il y a encore des Sénégalais qui portent Idrissa Seck dans leur cœur, on ne sait pas combien mais lors de la dernière élection, il s’est classé 5ème. Aujourd’hui, il fait partie des hommes politiques les plus et les mieux écoutés au Sénégal » avant de souligner le candidat qui risquerait de causer bien des soucis au président Sall à savoir Karim Wade qui talonnerait le vainqueur sur son père Wade le 25 mars dernier.

« Le président Sall arriverait en tête mais le second, c’est Karim Wade s’il est candidat du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) qui est le second parti majoritaire au Sénégal, c’est une réalité politique. Pour Karim Wade, peut-être parce qu’il est en prison et que notre réalité sociale qui fait que quand quelqu’un est supposé opprimé ou a tendance à être opprimé, tout le monde se lève pour le défendre », dans une interview accordée au journal « libération » où le responsable apériste ironise.
« Et voilà le problème d’Idrissa Seck, une nouvelle fois une nouvelle un autre fils libéral lui ravit la vedette ».


Mardi 10 Septembre 2013 - 12:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter