Les droits de l'hommistes sénégalais s'activent pour libérer les activistes congolais détenus



Les droits de l'hommistes sénégalais s'activent pour libérer les activistes congolais détenus
Les organisations de défense des droits de l’homme, Amnesty international , LSDH (Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme), article 19 et le mouvement  "Y en a marre" s’activent pour la libération des congolais détenus depuis la conférence de presse initiée par le mouvement Falimbi. Et qui avait par ailleurs valu l’arrestation de Fadel Barro, Malal Talla dit "Fou malade" et Aliou Sané. Ainsi selon le coordonnateur de "Y'en a marre",  le gouvernement congolais continue d’intimider les jeunes congolais et de vouloir arrêter le « Sifflet ».


Pour lutter contre cela,  les droits de l’hommiste et le mouvement exigent la libération de ces détenus. «Nous exigeons la libération immédiate de tous les activistes  qui sont détenus, nous lançons une grande campagne  d’information et de sensibilisation mais aussi de mobilisation pour les faire libérer, il y a déjà  une pétition en ligne  et le 30 mars, il y aura des rassemblements devant toutes les ambassade du Congo. Partout en Afrique et dans le monde, nous allons déposer des lettres de contestation, saisir la communauté internationale. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour libérer les jeunes" car "le gouvernement congolais veut assassiner la démocratie ».


Le "Y'en a marriste" de prévenir le président Congolais. "S’il arrive quoi que ce soit à ces détenus, le président Congolais  Kabila devra rendre des comptes. «Il sera traqué et traduit en justice » a-t-il déclaré.  Amnesty international compte ainsi lancer une campagne le lundi 30 mars  pour la libération de jeunes défenseurs congolais des droits humains qui sont détenus en secret depuis 15 jours à Kinshasa en République Démocratique du Congo (RDC). A travers cette campagn,  Amnesty international compte permettre au grand public d’exprimer leur solidarité envers les militants qui font les frais d’une répression continuelle à l’approche de l’élection présidentielle de l’an prochain.


Selon Seydi  Gassama: "Kabila Cherche à tuer la Démocratie". Pire, selon ce dernier, « c’est l’espoir de la démocratie africaine né au Sénégal en 2012 qui va mourir au Congo et nous ne l’accepterons pas , il veut réduire les jeunes au silence pour réussir son forfait et avoir un autre mandat,  on ne peut pas tuer l’espoir des africains" parce que "si nous l’acceptons y aura plus d’espoir pour l’Afrique. Nous allons nous mobiliser pour que la flamme de la Démocratie brille partout en Afrique », a-t-il affirmé.
 


Lundi 13 Avril 2015 - 15:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter