Les étudiants soutiennent la loi cadre et recadrent le SAES



Les étudiants ne vont plus accepter des perturbations dans le système, selon Babacar Badji, porte parole du collectif des étudiants de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. « Nous avons assez  lu le document et nous sommes pour la loi cadre, pour une année académique paisible, pour le développement de cette Nation à travers un dévouement totale à notre formation ». En conférence de presse, ce dernier estime que "les étudiants sont les victimes de cette guéguerre dans l’enseignement supérieur". 


Ainsi dira t-il: «Les étudiant accepte de terminer l’année en beauté pour espérer débuter l’année en février mais le Syndicat Autonome des Enseignants du Supérieur (SAES)  remue le couteau dans la plaie pour  entraîner les universités dans des troubles et ainsi dérouter les étudiants et continuer à nous sacrifier ». Selon Babacar abdji,  récemment, le rapport d’audit sur l’UCAD est tombé en incriminant plusieurs hauts responsables à différente échelle. Ainsi,  il affirme que "jamais cette institution n’a été frappée par un tel scandale, ce qui dérange le corps des enseignants et  le plonge dans un bouleversement, obligeant ces derniers à décrier cette loi".


Babacar Badji soutient que la loi vient à point pour une transparence qui n’est rien d’autre qu’une demande des étudiants. «Nous leurs demandons tout en condamnant leur démarche irresponsable et immature, de se ressaisir et de rattraper le train car cette loi cadre tant décriée puise son fondement dans les valeurs de l’université que sont: la transparence, l’équité, la solidarité, la qualité l’excellence et l’ouverture au monde » prévient –il. Le porte-parole estime par ailleurs que la démarche d’ouverture du ministère de l’Enseignement supérieur et sa vision sont fondées sur des valeurs de progrès dans la transparence et du respect de l’étique. Ainsi que,  la loi d’orientation de l’enseignement supérieur de la promotion de la recherche de l’innovation, de la technologie et de la science sont une aubaine pour les universités du Sénégal et pour les étudiants qui traînent un lourd passé de « victime d’un système kidnappé par enseignants insoucieux du sort de leur pays ».  En somme les étudiants approuvent la loi cadre.
 


Mercredi 11 Février 2015 - 16:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter