Les ex-otages à l’hôpital de Val-de-Grâce pour des examens médicaux

Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret sont ce mercredi après-midi au Val-de-Grâce, l’hôpital militaire parisien, où ils vont subir des examens médicaux. Les quatre français retenus en otage au Sahel pendant plus de trois ans sont arrivés sur le sol français un peu avant midi, heure de Paris. Ils ont été accueillis sur le tarmac de l’aéroport de Villacoublay par le chef de l’Etat François Hollande, accompagné de leurs familles.



Le président français François Hollande entouré des ex-otages Marc Féret, Pierre Legrand, Daniel Larribe, Thierry Dol (de gauche à droite), le 30 octobre 2013. REUTERS/Jacky Naegelen
Le président français François Hollande entouré des ex-otages Marc Féret, Pierre Legrand, Daniel Larribe, Thierry Dol (de gauche à droite), le 30 octobre 2013. REUTERS/Jacky Naegelen
Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret, sont arrivés au Val-de-Grâce un peu après 13 heures, directement de l’aéroport de Villacoublay. Ils sont arrivés dans un grand monospace noir, escortés de plusieurs motos de police. Ils n’ont fait aucune déclaration. Les anciens otages sont entrés directement dans l’hôpital. Le Val-de-Grâce est un hôpital militaire où vont généralement les soldats et les chefs d’Etat.
 
Au programme pour les anciens otages : des examens physiques, des examens sanguins. A priori, après un examen déjà sommaire à Niamey, ils sont plutôt en bonne santé, quoi que amaigris et fatigués. Mais ces examens devraient permettre d’être sûr que tout va bien, au moins sur le plan physique.
 
Source d’information sur les autres Français otages en Afrique

 
Ensuite, ils doivent surtout recevoir un soutien psychologique. Tout ça devrait durer trois heures. Trois heures après lesquelles Daniel Larribe, Thierry Dol, Pierre Legrand et Marc Féret, pourront retrouver leurs familles dans un hôtel parisien.
 
Les quatre anciens otages doivent aussi être débriefés par les autorités, cet après-midi ou demain. Cela pourrait permettre de recueillir des informations sur les autres otages, les trois otages encore détenus au Sahel et au Nigeria.

Source : Rfi.fr
 

Dépéche

Mercredi 30 Octobre 2013 - 16:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter