Les incohérences du programme économique de Marine Le Pen

Le maintien ou l’abandon de l’euro n’est pas la seule mesure du Front national qui suscite des interrogations.



Les incohérences du programme économique de Marine Le Pen
Depuis son accord avec Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen est en pleine valse-hésitation sur sa mesure phare, la sortie de l’euro, qui conditionne en grande partie son programme économique.
90 milliards de dépenses nouvelles

Les autres mesures de son programme économique, qui oscillent entre dépenses de protection sociale, exonérations pour les entreprises et taxes protectionnistes, présentent de nombreuses zones d’ombre et des déséquilibres. Même s’il est difficile d’être précis sur le chiffrage, le projet de Marine Le Pen atteint au grand minimum 90 milliards d’euros de dépenses nouvelles pour des recettes très incertaines.

Prestations sociales, sécurité, recherche… de nouvelles dépenses

Parmi les 144 engagements de campagne de Marine Le Pen figurent de nombreuses sources de dépense publique. Dans le domaine de la protection sociale :

le rétablissement de la retraite à 60 ans : une dépense non chiffrée. Selon le Front national (FN), cette mesure s’équilibrera naturellement grâce à la baisse du chômage. Ce n’est pas le calcul fait par deux think tanks d’inspiration libérale : l’Ifrap (Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques) évalue son coût à 18 milliards d’euros, et l’Institut Montaigne, à 27 milliards ;
« cinquième risque » de la Sécurité sociale : 9 milliards d’euros. La création d’un « cinquième risque de Sécurité sociale lié à la dépendance » est évaluée par l’Institut Montaigne à 9 milliards d’euros ;
l’augmentation de l’allocation adulte handicapé : 1,6 milliard à 2 milliards d’euros, selon la candidate ;
la revalorisation des aides au logement et la baisse de la taxe d’habitation : estimé à 1,5 milliard d’euros par l’Institut Montaigne ;
la revalorisation du minimum vieillesse : 0,6 milliard d’euros.

Pour la sécurité :

augmenter le budget de la défense (le passer de 1,7 % à 3 %) : 35 milliards d’euros par an ;
augmenter le nombre de policiers et de places de prison : environ 3 milliards d’euros par an (hors coûts de construction).

Pour relancer l’économie :

La hausse de 30 % de la recherche publique : 8 milliards d’euros, selon l’Institut Montaigne ; une prime de pouvoir d’achat de 80 euros pour les petits revenus (qui sera financée par une contribution sur les importations).

A cela s’ajoute la promesse de nationalisation des autoroutes, qui coûterait entre 15 et 20 milliards d’euros, selon les estimations d’un rapport parlementaire de 2014, mais pourrait à terme être « remboursée » par les recettes d’exploitation (estimées à 2 milliards d’euros par an actuellement).

Des baisses de recettes pour l’Etat

Le programme de Marine Le Pen ampute les recettes publiques actuelles par deux mesures destinées à relancer le pouvoir d’achat des Français : la défiscalisation des heures supplémentaires : 4,5 milliards d’euros par an ; la baisse de l’impôt sur le revenu et le rétablissement du quotient familial : 11 milliards d’euros par an ; la baisse de l’impôt sur les sociétés (de 33 % à 24 %) : 5,5 milliards d’euros ; une baisse de 10 % des droits de mutation : 1,3 milliard d’euros, financée par les économies liées à la réforme territoriale.

Des recettes et des mesures d’économie difficiles à chiffrer
Toutes ces dépenses devraient être compensées par de nouvelles recettes ou des mesures d’économies.

Des taxes nouvelles sont proposées : pour les entreprises qui embauchent des salariés étrangers : 2 milliards d’euros ; une contribution de 3 % sur les importations, estimée à 20 milliards d’euros par le FN (dont le montant doit financer la prime de pouvoir d’achat précédemment mentionnée).

Équilibre comptable loin d’être assuré

Marine Le Pen compte plutôt réaliser des économies sur la gestion de la Sécurité sociale (environ 1 milliard d’euros), la lutte contre la fraude sociale et l’évasion fiscale, la simplification administrative et la suppression de l’aide médicale d’Etat (environ 1 milliard par an). Mais, selon son propre cadrage économique, tout cela réuni aboutirait à « dégager près de 60 milliards d’euros en cinq ans », c’est-à-dire moins de 12 milliards d’euros par an. Même en y ajoutant les économies liées à la sortie de l’Union européenne, que le parti d’extrême droite chiffre à plus de 6 milliards d’euros par an, l’équilibre comptable est loin d’être assuré.

Mais la candidate estime que l’ensemble des mesures en faveur du pouvoir d’achat et des entreprises créera un choc de croissance qui permettra de rééquilibrer ce budget. C’est le principe de la relance keynésienne, également prôné par Jean-Luc Mélenchon.

Des prévisions de croissance très optimistes

Confiante dans l’effet de ses mesures économiques, Marine Le Pen table sur le retour d’une croissance forte et durable en France : estimée à 1,3 % en 2017, elle passerait, selon ses prévisions, à 2 % dès 2018, puis à 2,5 % en 2021 et 2022.

Parmi les candidats à la présidentielle, elle est de loin la plus optimiste, puisque Emmanuel Macron par exemple ne table « que » sur 1,6 % à 1,8 % de croissance par an au cours du quinquennat, à peu près comme le faisait François Fillon. Jean-Luc Mélenchon tablait sur 2 %.

Comme le rappelle l’Institut Montaigne, les organismes internationaux (Fonds monétaire international, Commission européenne) sont encore nettement plus prudents et s’éloignent très nettement des espérances du Front national.

Les risques d’une politique protectionniste

Marine Le Pen défend le « protectionnisme intelligent » face à la concurrence étrangère, vue comme un danger. C’est ainsi qu’elle souhaite abroger la directive européenne sur les travailleurs détachés, mais aussi instaurer une taxe sur les importations.

Cette nouvelle contribution fixée à 3 % de la valeur des produits importés est à géométrie variable, comme l’a expliqué la candidate face aux PME : certains produits, comme le café, pourraient en être exonérés, mais au contraire elle pourrait atteindre 35 % pour des pays qui pratiquent la « concurrence ultradéloyale » ou pour des entreprises qui ont fermé des usines en France pour les rouvrir à l’étranger.

Dans tous les cas cette mesure est incompatible avec les règles actuelles de l’Union européenne et risquée économiquement. Augmenter les prix des biens importés a pour premier effet de plomber le pouvoir d’achat des ménages modestes, qui consomment proportionnellement davantage que les autres. Cela pénalise également les entreprises qui importent des matières premières et des machines.

Enfin, cela pourrait logiquement entraîner des mesures de rétorsion de la part des pays étrangers, donc affaiblir les exportations françaises, qui représentent 25 % du PIB et touchent des secteurs importants, comme le vin, l’aéronautique ou l’industrie du luxe.

De même, la fin de l’espace Schengen et le retour des contrôles aux frontières pourraient pénaliser le secteur du tourisme, qui représente près de 8 % de l’économie française.

lemonde.fr

Mardi 2 Mai 2017 - 17:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter