"Les journalistes parlent des autres mais jamais d’eux" : Mamadou Koumé

Le journaliste n’a plus l’apanage de se prononcer sur les faits. Désormais, ses gestes seront épiés et disséqués par le Conseil pour l'Observation des Règles d'éthique et de déontologie (CORED), qui compte organiser fréquemment des rencontres dénommées Cas d’école» avec à chaque fois, un thème d’actualité. Pour cette première, le Cored a choisi comme thème : «Le comportement des journalistes Sénégalais lors de Can 2015 en Guinée Equatoriale». Certains journalistes sont revenus sur les faits alors que d’autres les ont analysés.



"Les journalistes parlent des autres mais jamais d’eux" : Mamadou Koumé
Abdoulaye Thiam (Sud Quotidien)
«Il y avait des signes avant-coureurs. Il faut reconnaitre que la situation était assez tendue entre une bonne partie des journalistes et l’ancien entraineur. Ils étaient dans une sorte de guerre froide avant d’aller à la coupe d’Afrique. Malheureusement avec l’élimination du Sénégal au soir du 27 janvier, des journalistes ont posé des questions qui n’étaient peut-être pas bien réfléchies parce qu’elles étaient posées peut être sous le coup de l’énervement et ça a abouti à ce que la conférence de presse se termine en queue de poisson».

Bakary Domingo Mané (Président du Cored)
«Le journalisme n’est pas un métier facile, parce qu’on est l’objet et le sujet à la fois. Nous avons initié ces rencontres par la couverture médiatique lors de la dernière Coupe d’Afrique des nations (Can) en Guinée équatoriale, pour voir ce qui s’y est réellement passé. Les discussions ont été assez riches et la leçon que l’on retient est que le journaliste, quel que soit le domaine dans lequel il intervient, doit pouvoir observer la distance nécessaire entre lui et l’objet qu’il observe. Il arrive des fois que nous soyons submergés par la passion. C’est ce qui est arrivé. Je pense que les journalistes qui sont tombés dans ce piège se relèveront et se diront qu’ils ne vont plus commettre pareille erreur».

Mamadou Koumé (Anps)
«Les journalistes parlent des autres et de leurs activités, mais ils ne parlent jamais de leur pratique professionnelle. Cet exercice a été une occasion de revisiter les pratiques professionnelles des journalistes. Mais par rapport au thème d’aujourd’hui, au vu du travail qui a été abattu par les 60 journalistes, reporters et techniciens pendant la Can, je dois dire que leur travail a été fantastique. Mais il y a eu ce fameux point de presse entre l’Algérie et le Sénégal où il y a eu quelques écarts que je regrette. Ce n’est pas comme ça que l’on m’a appris à poser des questions. Parce que je pense si vous devez poser des questions, il y a le ton et la courtoisie, qui sont très importants pour mettre votre interlocuteur à l’aise pour répondre à votre question»
Le prochain thème va être consacré à la revue de presse
 

Ousmane Demba Kane

Mercredi 6 Mai 2015 - 08:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter