Les leaders africains défenseurs des homosexuels, lesbiens et autres…

Le chef de l’Etat Macky Sall qui a une position claire sur la question de l’homosexualité devra batailler ferme pour faire passer son opinion mais aussi faire respecter la position du Sénégal là-dessus. « La question de l'homosexualité est une question sensible, mais comme je l'ai dit en conseil des ministres, nous ne sommes pas prêts à dépénaliser cette pratique. Cela ne veut pas dire qu’on est homophobe. Il faut juste laisser le temps à la société de prendre ses propres décisions face à ces questions d’ordre social (...) », disait-il lors de la visite du président américain au mois de juin dernier. Seulement la question des ces personnes est de mise sur l’agenda de dirigeants africains.



Les leaders africains défenseurs des homosexuels, lesbiens et autres…
« Sous la direction éclairée d’Ellen Johnson-Sirleaf, la présidente du Libéria, les décideurs de tout le continent sont en train de mettre la dernière touche à un document crucial, qui représente une position africaine commune sur le programme de développement destiné à remplacer les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) après 2015. » C’est l’ancien président du Mozambique, Joaquim Chissano qui donne ces informations dans une Tribune publiée dans le Jeune Afrique n°2768 du 26 janvier au 1er février 2014. Chissano qui est le coprésident du groupe de travail de haut niveau pour la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) est revenu largement sur des questions qui touchent les droits des personnes.

« (…). Nous souhaitons que chacun puisse choisir la personne avec qui il voudrait se marier ou avoir des enfants, sans aucune forme de coercition ou de violence ». Joaquim Chissano qui le dit soutient que « nous ne pouvons plus nous permettre d’accepter la discrimination entre les personnes en fonction de l’âge, du sexe, de l’origine, de l’identité de genre et de l’orientation sexuelle. Nous avons besoin de libérer le plein potentiel de tout un chacun. En tant qu’Africain d’un certain âge, je comprends que certains puissent se méfier encore de ces idées. Mais il suffit de prendre du recul pour constater que l’évolution générale de l’histoire de l’humanité, surtout au cours du dernier siècle, est marquée par l’expansion des libertés et des droits humains ».

Et l’ancien chef d’Etat mozambicain de dire aux dirigeants africains qu’ « ils devraient être à l’avant-garde de ce mouvement, sans aucune retenue, surtout en ce moment critique ».

Et Joaquim Chissano qui s’engage avec ses pairs à définir un certain agenda international cherche des arguments auprès de Nelson Mandéla qu’il cite « être libre ne signifie pas seulement se débarrasser de ses chaînes, nous a rappelé Nelson Mandela, mais vivre d’une façon qui respecte et consolide la liberté des autres ».

Matar Séne

Mercredi 12 Février 2014 - 15:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter