Les libéraux lancent la campagne des locales 2014 et bandent les muscles contre Abdoulaye Daouda Diallo

Pour les prochaines élections locales qui pointent à l’horizon mars 2014, le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) donne le ton. Aucune tentative de fraude ne passera. Surtout avec Abdoulaye Daouda Diallo responsable de l’Alliance pour la République à la tête du ministère de l’Intérieur en charge de l’organisation des joutes. Oumar Sarr et Cie qui doute de la neutralité de ce dernier bandent les muscles et sonnent la mobilisation à six mois du rendez-vous pour le choix des maires des différentes communes sénégalaises. Dans un communiqué qui nous est parvenu, les libéraux ne pas manqué de se « préoccuper vivement du manque de vision du chef de l’Etat, caractérisé par des errements et tâtonnements » qui risquent de « conduire tout droit le pays à une situation de blocage lourde de conséquences pour les populations ».



Les libéraux lancent la campagne des locales 2014 et bandent les muscles contre Abdoulaye Daouda Diallo
A propos des élections locales de mars 2014, le comité directeur du PDS engage tous les militants et responsables dès à présent à se mobiliser pour une préparation active de ces échéances électorales déterminantes pour l’élection présidentielle de 2017. 
 
Pour une bonne participation à ces joutes électorales, le comité directeur convoquera une session spéciale élargie aux responsables des fédérations verticales et horizontales, dans les plus brefs délais. D’ores et déjà le PDS réunira ses élus locaux pour une meilleure appropriation de l’Acte III de la décentralisation, afin de dégager la position officielle du Parti sur ce sujet.
 
Le comité directeur envisage avant le dépôt des listes prévu au mois de décembre 2012, de mener une tournée nationale à l’intérieur du pays pour non seulement installer les comités électoraux mais ensuite informer les militants et sympathisants sur la situation nationale, marquée par la détention contestable et contestée de nombreux responsables du Parti.
 
En ce qui concerne le débat engagé autour du financement des partis politiques, des déclarations de patrimoine et de lutte contre les conflits d’intérêts, le comité directeur a décidé de réunir un comité d’experts pour déterminer clairement les positions du Parti.
 
Abordant la situation nationale, le comité directeur s’est vivement préoccupé du manque de vision du chef de l’Etat, caractérisé par des errements et tâtonnements, qui risquent de conduire tout droit le pays à une situation de blocage lourde de conséquences pour les populations. En effet, ce dernier remaniement marqué par le départ du Premier ministre Abdoul Mbaye, déjà visé par une mention de censure depuis le mois de décembre 2012 déposée par le groupe des Libéraux et Démocrates, soutenue par des non-inscrits, ne règlera certainement pas les problèmes du pays.  
 
L’instabilité notée dans des secteurs clés tels que l’agriculture, la sécurité, l’économie et les finances, etc. ne permet à aucun observateur averti de garder espoir en ce qui concerne le devenir du pays.
 
Le comité directeur soutient sans réserve la lutte des enseignants du Supérieur et celle des diplômés chômeurs pour une prise en charge de leurs revendications par le gouvernement.
 
Le comité directeur déplore les nombreuses pertes en vies humaines, notées sur les routes et au cours des dernières inondations, notamment celles de Ndiosmone et Tattaguine.     
 


Samedi 7 Septembre 2013 - 11:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter