Les pluies utiles se font désirer à Ziguinchor, les paysans s’embarrassent

Les premières pluies utiles tardent à se signaler dans le Sud du pays, même si ces derniers temps, des traces ont été notées dans la commune et dans d’autres zones de la région. La chaleur persiste et les paysans ont du mal à démarrer les travaux champêtres. Toutefois dans certaines régions de la Casamance, l’abondance des pluies s’annonce alors que la préoccupation du monde rural demeure les semences et intrants.



Les pluies utiles se font désirer à Ziguinchor, les paysans s’embarrassent
La région de Ziguinchor tarde a enregistré les pluies utiles même si ces derniers temps, elle a eu droit à des gouttes d’eaux qui se sont déversées sur l’étendue du terroir. Aujourd’hui, c’est une forte chaleur qui sévit à Ziguinchor à cause du retard des pluies. Dans d’autres parties de la région naturelle de la Casamance, la pluie s’est annoncée en abondance. Ce qui du coup a permis à certains cultivateurs de démarrer les travaux champêtres. «Nous sommes dans la troisième semaine du mois de juin et jusqu’à présent les véritables pluies refusent de s’annoncer dans notre région. Les traces notées ces derniers temps font que la chaleur persiste et nous avons du mal à le supporter», a indiqué Marième Badji trouvée dans son domicile éventail à la main.

La plainte n’est pas seulement du coté des familles et des ménages, le monde paysan est aussi dans l’expectative. «Lorsque les premières pluies se sont déversées dans la région, nous avons pensé que les choses allaient continuer et non qu’il allait avoir une trêve. Présentement, le travail est très difficile dans nos champs. Nous ne pouvons s’adonner qu’au défrichage mais pour le labour, il faut encore attendre car les terres sont sèches », a confié Ibrahima Diedhiou. Pour certains paysans, l’arrivée des pluies n’est pas une équation à leur niveau car convaincus que cette année sera pluvieuse, cependant, l’acquisition des intrants et des semences demeure encore un casse-tête. «Nous avons du mal à nous ravitailler en intrants et en semences. En plus de cela nous réclamons les outils qui ont été promis par le gouvernement du Sénégal ».

Au niveau des services de l’Etat, «les semences et intrants sont disponibles dans la région mais aussi dans les collectivités locales. Pas de soucis à se faire à ce niveau et la distribution se fait dans les différents points choisis», a rassuré le directeur régional du développement rural ‘’DRDR’’ Mamadou Konté qui poursuit que « le matériel pour le monde paysan sera bientôt disponible ».

Denise D. Zarour (Sud)

Jeudi 18 Juin 2009 - 00:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter