Les prisons sénégalaises en chiffres: 34.617 détenus dont 1280 de plus que l'année dernière




Dans son rapport d’activités de l’année 2013, l’Administration pénitentiaire évalue la population carcérale à 34.617 détenus dans les 37 établissements pénitentiaires du Sénégal. Un nombre qui a connu une hausse de 1280 par rapport à l’année dernière où il se chiffrait à 33.337. Directeur de l’Administration Pénitentiaire (DAP), Cheikh Tidiane Diallo de révéler que cette population carcérale est concentrée dans la région pénitentiaire de Dakar qui abrite à elle seule 16.508 détenus soit 48 %. Thiès-Diourbel suit avec 20 % puis Kaolack (10%) et Saint-Louis (9%). Ziguinchor et Tamba ferment la marche avec 7%.


Les infractions les plus récurrentes sont le vol et le recel (33%), escroquerie et abus de confiance (11%). Les détentions préventives dont la durée est égale à ou supérieure à trois (3) sont estimées à 445 personnes. La DAP de préciser que ces détenus représentent 48 % de la population carcérale soit 52 % de détenus déjà condamnés. Les mineurs, dit Cheikh Tidiane Diallo, sont au nombre de 1421 dont 45 filles soit 4% de la population carcérale générale. Quant aux femmes, elles représentent 5% des détenus soit un nombre de 1754.


Regorgeant également de personnes de nationalités étrangères, ces dernières sont chiffrées à 3089 soit 9 % pour 58 nationalités différentes, selon la DAP qui ne manque pas d’annoncer de nombreuses mesures pour l’amélioration des conditions de vie des détenus notamment la réinsertion sociale, l’installation de cabines téléphoniques dans certaines prisons, la mise sur pied d’un comité de gestion de l’alimentation, chargé de veiller sur la quantité et la qualité des repas servis aux pensionnaires en plus du relèvement de l’indemnité journalière d’entretien qui est passée de 461 F CFA en moyenne en 2012 à 635 F CFA en 2014.


Cheikh Tidiane Diallo qui confirme la délocalisation de la prison de Rebeuss à Sébikotane avec 1500 places et la création d’une école nationale d’administration pénitentiaire de conclure que les actes de tortures dans les prisons sénégalaises souvent dénoncés par les détenus n’existent pas. Selon lui, « par vacation et par mission, le rôle de l’agent pénitentiaire est de protéger le détenu qui lui est confié jusqu’à l’expiration de sa peine… ». 


Vendredi 21 Mars 2014 - 17:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter