Les responsables de l’APR revendiquent la présidence du Sénat

Les responsables de l’Alliance pour la République (APR) réclament le poste de président du Sénat. Ils l’ont fait savoir lors de la réunion de leur directoire politique tenue ce week-end à leur siège. Les membres de cette instance ont, par ailleurs, plaidé pour la réforme du mode de désignation des membres du Sénat. Après avoir montré leur intérêt pour cette chambre haute, ils lui ont fixé un cahier de charges.



Les responsables de l’APR revendiquent la présidence du Sénat
Le directoire politique de l’Alliance pour la République (APR) s’est prononcé sur le débat relatif au Sénat. Il est pour son maintien. Il l’a fait savoir lors de sa réunion tenue ce week-end. La préoccupation majeure des responsables de l’APR est que la présidence du Sénat soit confiée à un membre de leur formation politique.

«Le directoire demande solennellement au Président de la République, que la Présidence du Sénat soit confiée, à l’issue des élections sénatoriales, à un homme ou une femme membre de l’Alliance Pour la République. Cette position est plus que légitime au regard de l’effort d’ouverture déjà consenti par le Président de la République à l’endroit des coalisés, mais surtout de la nécessité de prendre en charge les préoccupations de l’Alliance Pour la République, force majeure de BBY», a indiqué le communiqué du directoire. Les camarades de Macky Sall font ainsi allusion aux postes de Premier ministre et de président de l’Assemblée nationale qui les ont échappés et sont aux mains de technocrates et de l’Alliance des Forces du Progrès (AFP) parti membre de la Coalition Bennoo Bokk Yaakar (BYY).

Les membres de ce directoire ont aussi abondé dans le sens du «maintien du Sénat comme chambre haute du Parlement et pour la réforme du mode de désignation de ses membres». Ils ont, selon le communiqué reçu à la rédaction de Pressafrik, recommandé, en outre, «au président de la République de prendre en charge cette question dans le cadre global des réformes constitutionnelles nécessaires à la stabilisation des institutions de la République et de la durée des mandats, Pour L’APR, ces réformes devront s’appliquer principalement, à approfondir la démocratie, à garantir le pluralisme des pouvoirs, toutes les formes de liberté, la justice, les droits humains et l’affirmation citoyenne». Elles devront, ont-ils ajouté, tenir compte dans la reconstruction de l’ensemble du dispositif institutionnel d’une part, des impératifs d’équilibre et de cohérence des pouvoirs et d’autre part, de l’état réel de notre société.

Jean Louis DJIBA

Lundi 13 Août 2012 - 10:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter