Les sites sénégalais inscrits au patrimoine mondial



La conservation, la gestion et la transmission aux générations futures du patrimoine culturel et naturel a été classé au rang de priorités par l’Etat du Sénégal. C’est dans cette optique que le pays a ratifié le 13 février 1976 la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel. 39 ans après la ratification de l’UNESCO, le Sénégal qui présente de nombreux atouts fait office de bon élève.
 
C’est en 1978 que le premier site sénégalais intègre la liste des patrimoines classés. Il s’agit de l’île de Gorée (Dakar), symbole de plusieurs siècles de la traite négrière, inscrit dans la catégorie culturelle. Puis en 1981, c’est au tour du Parc national des oiseaux du Djoudj (Saint louis) et celui du Niokolo-Koba (Kédougou-Tambacounda), inscrits dans la catégorie naturelle.  Puis de 2000 à 2012, quatre sites complèteront la liste prestigieuse du patrimoine sénégalais au niveau mondial. Ce sont : l’ile de Saint-Louis dans la catégorie culturelle (2000), le Cercles mégalithiques de Sénégambie dans la catégorie culturelle (2006), le Parc du Saloum (2006) et enfin en 2012, le Pays Bassari (paysages culturels Basari, Peulh et Bédik) dans la catégorie culturelle.
 
Depuis 2005, d’autres sites ont également été proposés par le Sénégal sur la liste indicative (proposition à inscription). Il s’agit de : l’Aéropostale, l’île de la Carabane, l’Architecture rurale de Basse-Casamance, le Parc National des îles de la Madeleine, les Escales du Fleuve Sénégal, les tumulus de Cekeen, le Lac Rose et le Vieux Rufisque.


Un atout touristique
«Il est important pour un pays comme le Sénégal, qui aspire à relancer son activité touristique, de comprendre que les sites classés sont un atout considérable. Ils donnent de la matière pour les visiteurs, et le fait que ces sites soient répartis sur l’ensemble du territoire national donne encore plus d’opportunités à des acteurs du secteur comme nous », explique Ismael Kambel de la plateforme jovago.com. Pour rappel, l’Afrique totalise 48 sites inscrits au Patrimoine Mondial. Avec 7 sites, le Sénégal occupe une place importante en Afrique. Mieux promus, ces sites devraient permettre d’attirer davantage de touristes à la recherche de nouvelles aventures. Malheureusement, même pour les populations sénégalaises ce patrimoine national et mondial demeure encore méconnu.
 
Jaly/ Jovago


Mardi 20 Octobre 2015 - 13:57




1.Posté par Mlle Soaz le 22/10/2015 10:16
Merci pour cet article.Mais vu l’actualité on aurait aimé que vous parliez du décret du 15 sept sur la tarification de l'entrée dans les aires protégées. Que pensez vous de l'impact de ce décret avec son augmentation de 150% du prix d'entrée de base? Avez vous des éclaircissement sur la manière dont cet argent va être reparti? La transparence sera t-elle là? La société civile qui travaille chaque jours au quotidien pour que ces aires protégées fonctionnent, va t-elle goûter aux fruits de son labeur? Comment expliquer aux voyageurs qu'il leur faut payer un tel supplément? Juste parce que c'est beau? Tu veux voir tu paye!! En plein lancement de la nouvelle saison touristique une telle nouvelle est dur à digérer pour les pro et villageois qui vivent du tourisme. Il va falloir être hyper pro actif pour maintenir le secteur touristique à l'abri du naufrage et rester concurrentiel avec d'autre destinations magnifiques comme le monde en regorge.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter