Les soutiens au père Vandenbusch se mobilisent dans la discrétion

Cela fait maintenant un mois que le père Georges Vandenbeusch, installé dans le nord du Cameroun depuis 2011, a été enlevé par le groupe jihadiste armé Boko Haram puis conduit au Nigeria. Depuis, très peu d'informations. En France, ses proches commencent à s'organiser dans la discrétion, pour ne pas gêner d'éventuelles négociations.



Le prêtre français Georges Vandenbeusch (c) célébrant une messe dans le nord du Cameroun, le 22 juillet 2012. AFP PHOTO / DIOCESE DE NANTERRE
Le prêtre français Georges Vandenbeusch (c) célébrant une messe dans le nord du Cameroun, le 22 juillet 2012. AFP PHOTO / DIOCESE DE NANTERRE

Après un mois de captivité du père Georges Vandenbeusch, ses proches commencent à s'organiser. Mais ils hésitent : faut-il miser sur la discrétion ou au contraire sur la médiatisation ? Pour Jean, son cousin, qui précise être en relation étroite avec le Quai d’Orsay, il faut trouver le juste équilibre.
 

Réunis dans un comité de soutien, ses proches ne disposent que de peu d'information. Seule certitude, ou presque : le prêtre Georges Vandenbeusch, enlevé  le 13 novembre dans sa paroisse du nord du Cameroun par une quinzaine d'hommes en armes, est actuellement détenu quelque part au nord du Nigeria voisin, par Boko Haram. Le groupe jihadiste nigérian a revendiqué l’enlèvement quelques jours plus tard.
 

Mais depuis, rien. Aucune preuve de vie audio ou vidéo qui pourrait donner une idée des conditions de détention ou de l'état de santé du père Georges, âgé de 42 ans, n’a été communiquée. « Ce serait difficile de le voir, mais nous serions heureux de le savoir bien traité », explique son cousin.
 

La mobilisation s'articule autour d'une page Facebook, « Soutien au père Georges Vandenbeusch ». Elle se limite pour le moment à des veillées de prières dans les églises du diocèse de Nanterre, auquel le père Georges appartient. Une solidarité discrète, pour le moment, pour permettre aux éventuelles négociations de se dérouler sans pression médiatique, sans que le père Georges, qui entame son deuxième mois de captivité, ne tombe pour autant dans l'oubli. Le juste équilibre.

Source : Rfi.fr
 


Dépêche

Samedi 14 Décembre 2013 - 10:26




1.Posté par Bernadette weydert le 19/12/2013 17:53 (depuis mobile)
Je me sens comme beaucoup d'autres j'imagine, tellement démunie, je ne sais que prier pour mon ami Georges, plusieurs fois par jour, lui communiqué ainsi, j'espère, les forces nécessaires pour continuer le chemin jusqu'à ce qu'il nous revienne.

2.Posté par Bernadette weydert le 19/12/2013 17:53 (depuis mobile)
Je me sens comme beaucoup d''autres j''imagine, tellement démunie, je ne sais que prier pour mon ami Georges, plusieurs fois par jour, lui communiqué ainsi, j''espère, les forces nécessaires pour continuer le chemin jusqu''à ce qu''il nous revienne.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter