Les stars au rendez-vous, l'Angleterre, Lewandowski, le bilan des éliminatoires de l'Euro 2016

La phase éliminatoire de l'Euro 2016 est terminée. On connaît désormais les 20 équipes qualifiées directement pour la compétition qui se déroulera en France l'été prochain. Il reste quatre billets à partager entre huit barragistes. Si la plupart des stars seront au rendez-vous, l'une d'elles a plus brillé que les autres lors de ces qualifications, Robert Lewandowski. L'attaquant polonais sera l'une des attractions de l'Euro dont les Pays-Bas seront les grands absents. Pourtant avec 24 nations qualifiées, il y avait la place, comme le prouve les premières historiques de l’Islande, l’Irlande du Nord, le Pays de Galles, l’Albanie et de la Slovaquie.



On connaît désormais les 20 qualifiés directement pour l’Euro 2016 qui se déroulera du 10 juin au 10 juillet. La Croatie de Luka Modric et Ivan Rakitic et la Turquie ont pris les deux derniers billets  mardi soir. Les coéquipiers d’Arda Turan ont, eux, pris le ticket très prisé du meilleur troisième des neuf groupes de ces éliminatoires. L’été prochain, toutes les stars et les favoris seront présentes en France - qualifiée d’office en tant que pays organisateur - : Ronaldo et le Portugal, la colonie espagnole, l’Italie, l’Angleterre, la Belgique, nouvelle nation numéro 1 au classement Fifa, Gareth Bale et le pays de Galles. Le tirage au sort des groupes aura lieu le 12 décembre prochain à Paris.

La liste des 20 : Albanie, Allemagne, Angleterre, Autriche, Belgique, Croatie, Espagne (double tenante du titre), France (pays-hôte), Irlande du Nord, Islande, Italie, Pays de Galles, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Russie, Slovaquie, Suisse, Turquie

 Les barragistes

Zlatan Ibrahimovic, Miralem Pjanic, Christian Erikssen... des stars n’ont pas encore leur ticket pour l’Euro. Huit équipes sont encore en lice pour quatre places. Ces derniers strapontins seront distribués en cet automne lors des barrages qui auront lieu les 12, 13, 14 novembre (aller) et 15, 16, 17 novembre (retour). Le tirage au sort des barrages aura lieu le 18 octobre, avec quatre têtes de série désignées par les coefficients nationaux de l'UEFA.

La liste des huit barragistes : Bosnie, Danemark, Eire, Hongrie, Norvège, Slovénie, Suède, Ukraine.

 Le chiffre : 13

L'attaquant polonais Robert Lewandowski (AFP - MICHAEL ZEMANEK)

Robert Lewandowski a emmené la Pologne à l’Euro en réalisant au passage la meilleure campagne de qualification pour un buteur depuis le joueur nord-irlandais David Heal lors des éliminatoires de l'Euro 2008. L'attaquant du Bayern a inscrit treize buts dont un décisif lors du dernier match contre l’Irlande, remporté par la Pologne 2-1. Autre chiffre marquant qui prouve que Lewandowski est vraiment en très grande forme, sur les 19 derniers jours et 6 matches disputés, il a marqué 15 buts.

 Des petits nouveaux font leur apparition

Michel Platini voulait ouvrir l’Euro aux "petits pays". Mission accomplie puisque ce passage à 24 a permis à l’Islande, l’Irlande du Nord, le Pays de Galles, l’Albanie et la Slovaquie de décrocher leur billet pour le premier Euro de l’histoire. Avant ce passage à l’Euro, Islandais et Irlandais du Nord avaient disputé trois Coupes du monde, les Gallois une (1958), les Slovaques aussi (huitième de finale en 2010). Pour l’Albanie en revanche, cet Euro sera la première compétition internationale. A noter que l’Autriche disputera son deuxième Euro après 2008, mais son premier après une qualification acquise "sur le terrain". Brillamment d’ailleurs avec 28 points récoltés (neuf victoires, un nul) sur 30 possibles. En 2008, les Autrichiens avaient dû leur participation à leur rôle de pays organisateur conjointement avec la Suisse.

 Le "perfect" de l’Angleterre

Les joueurs anglais Alex Oxlade-Chamberlain et Ross Barkley (AFP - JANEK SKARZYNSKI)

L’Angleterre n’a plus rien gagné depuis 1966 et un Mondial à domicile. Lors de chaque compétition internationale, les "Three Lions" font parti des favoris ou au moins des outsiders. En France, les Anglais seront à prendre très au sérieux puisqu’ils ont signé un "perfect" : 10 victoires en 10 matches lors de ces éliminatoires. Ils sont la sixième équipe à réaliser une telle performance après l’Espagne et l’Allemagne pour l’Euro 2012, les Bleus (1992 et 2004) et la République Tchèque (2000). Avec 31 buts marqués, trois encaissés, l’équipe de Roy Hodgson a régné sur le groupe E et se place parmi les épouvantails de l’Euro, même si elle a bénéficié d’un groupe de qualification peu relevé (Suisse, Slovénie, Estonie, Lituanie, Saint-Marin).

 La déception : les Pays-Bas

L'attaquant batave Robin Van Persie (AFP - EMMANUEL DUNAND)

Les Pays-Bas ne sont pas réputés pour leur relief, mais en football, ils sont habitués aux montagnes russes. Après un Mondial 2014 brillant - 3e place et une victoire 3-0 dans la "petite finale" contre le Brésil – les Néerlandais ont été incapables de se qualifier pour l’Euro, alors qu’il y aura pour la première fois de l’histoire, 24 participants. Une désillusion de plus pour les Oranje après celle du Mondial 2002. A cette époque, les Pays-Bas sortaient d’un Euro 2000 convaincant avec une demi-finale contre l’Italie. Avec Louis Van Gaal à leur tête, ils avaient raté le Mondial organisé par la Corée du Sud et le Japon. A croire qu’ils ne veulent pas disputer l’Euro en France puisqu’ils avaient déjà raté l’édition 84. On ne verra donc pas Arjen Robben en juin prochain. Le public français aura peut-être une chance de le voir à la rentrée 2016 quand débuteront pour l’Europe les éliminatoires du Mondial 2018 puisque Pays-Bas et France sont dans le même groupe.


FRANS INFO TV

Jeudi 15 Octobre 2015 - 00:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter