Les tweets d'Helen Zille créent la polémique en Afrique du Sud

Helen Zille, patronne depuis sept ans de l’Alliance démocratique – premier parti d’opposition en Afrique du Sud – est de plus en plus critiquée au sein de son propre camp. Ces récents dérapages sur Twitter à l’encontre d’une journaliste affaiblissent aujourd’hui son parti et inquiètent ses membres.



Helen Zille, leader du principal parti d'opposition en Afrique du Sud, l'Alliance démocratique (DA). REUTERS/Mike Hutchings
Helen Zille, leader du principal parti d'opposition en Afrique du Sud, l'Alliance démocratique (DA). REUTERS/Mike Hutchings

C’est un dérapage incontrôlé qui risque de laisser des traces. Le 23 février dernier, Helen Zille, chef de file de l’Alliance démocratique, a posté une série de messages très agressifs sur le réseau social Twitter. Pendant plus d’une heure, elle s’en est prise à la journaliste Carien Duplessis, connue pour être l’une des plumes de l’hebdomadaire City Press.

Dans ses tweets, Helen Zille a d’abord reproché à la reporter de « tordre la réalité », de publier des articles biaisés et inexacts sur l’Alliance démocratique. Puis le ton est monté. Jusqu’au dérapage. Dans un message, Helen Zille écrit ainsi : « Carien Duplessis m’a dit qu’elle votait pour les Combattants de la liberté économique [le parti de Julius Malema, ndrl]. Cela transparaît quand on lit ses articles. »

Mais ce qui ne passe vraiment pas en Afrique du Sud, ce sont les attaques personnelles dans lesquelles Helen Zille mentionne la couleur de peau de la journaliste. « Carien Duplessis a tellement peur d’être critiqué parce qu’elle est blanche qu’elle préfère s’agenouiller pour prouver qu’elle est politiquement correcte. » Le tweet coupable a eu beau être effacé depuis, ces quelques mots ont provoqué une vive polémique en Afrique du Sud. Ils risquent de coûter des votes à l’Alliance démocratique.

Source : Rfi.fr

 



Dimanche 2 Mars 2014 - 09:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter