Les vérités de Clément Chantôme sur le PSG

Parti trouver du temps de jeu à Bordeaux, Clément Chantôme a une analyse lucide sur le départ des Français du PSG. Un avis rarement partagé par ceux qui ont quitté le club précédemment.



Pour lui, ce ne sera forcément pas un match comme les autres. Tout à l’heure, Clément Chantôme affrontera, avec les Girondins de Bordeaux, le Paris Saint-Germain, son club formateur où il a passé 15 ans de sa vie. Interrogé par Le Parisien, le milieu de terrain s’est confié sur la fin de son aventure au sein du club francilien. « Je suis un peu déçu, forcément. Le PSG est mon club de coeur, donc j’aurais aimé m’imposer et jouer plus. Mais tout a été clair quand je suis revenu à Paris l’été dernier. Le coach m’a dit qu’il n’allait pas trop me faire jouer, donc j’ai tout fait pour être disponible pendant les six premiers mois. Mais, dès que janvier est arrivé, j’avais envie de partir. Je peux considérer ça comme un échec mais ça ne me prend pas la tête », admet-il avec sincérité.

Un an et demi après Mamadou Sakho, cet autre historique du PSG a donc choisi de plier bagages. Le club doit-il regretter ce genre de départs ? Depuis l’arrivée de QSI, ce sont essentiellement les joueurs français qui ont quitté le club, laissant penser que le fameux projet ne passait pas par eux. Avec franchise, Chantôme livre un autre point de vue. « Pas forcément. Matuidi se reconnaît très bien dans le projet. Si les Français quittent Paris, c’est simplement une question de niveau. Si j’étais titulaire chaque week-end à Paris, je ne serais pas venu à Bordeaux. Si beaucoup de Français sont partis, c’est qu’ils ne jouaient plus trop », reconnait-il. Un avis partagé par certains supporters mais qui n’est que trop rarement relayé par des joueurs. Sakho, Ménez, ou encore Jallet ont préféré partir pour trouver un temps de jeu supérieur ailleurs (pas toujours avec succès) alors que le PSG ne pouvait pas le leur promettre. Chantôme avait lui accepté sa situation de remplaçant durant la première partie de saison avant de constater que cela ne lui correspondait plus.

Autre point évoqué par Chantôme, la reprise en main de Laurent Blanc en début d’année 2015. Avant de partir pour Bordeaux, le milieu français a pu mesurer la différence de management annoncée par l’entraîneur parisien juste avant la trêve hivernale. « Il laisse passer moins de choses. Par exemple les retards à l’entraînement. Avant, pour un entraînement programmé à 11 heures, si tous les joueurs n’étaient pas sur le terrain, tout le monde s’en fichait. Ensuite, un système d’amendes a été mis en place. Les joueurs l’ont signé. Il s’est remis en question car il a laissé trop de liberté aux joueurs », raconte-t-il. Aujourd’hui, le PSG ressemble enfin à l’ogre annoncé. Cela fera sûrement un peu plaisir à Chantôme mais cela n’empêchera pas de tout faire pour battre son club de cœur aujourd’hui.


Footmercato

Dimanche 15 Mars 2015 - 12:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter