Lettre d'adieu: Cheikh Tidiane Gadio revient sur ses hauts faits d'armes



Lettre d'adieu: Cheikh Tidiane Gadio revient sur ses hauts faits d'armes
Après avoir rendu grâce à ALLAH (SWT) et à sa meilleure créature le Prophète Mohamed (PSL), après avoir réitéré ma vénération pour mes regrettés parents, je voudrais tout d’abord remercier le peuple sénégalais pour m’avoir fait l’honneur de le servir avec un dévouement total et une abnégation sans bornes pendant presque dix ans au prestigieux poste de Ministre des Affaires étrangères de la République du Sénégal.

Pour m’avoir investi de sa confiance pour exécuter une telle mission, sensible, délicate et exigeante, j’exprime ma sincère gratitude à son Excellence Me Abdoulaye WADE, Président de la République du Sénégal.

De la promotion tout azimut du Plan OMEGA qui nous a conféré une position de « Père fondateur » du NEPAD et ouvert les portes du G-8, à l’action diplomatique qui nous a valu un deuxième Sommet de l’OCI, aux immenses motifs de fierté qu’ont représentés pour les Sénégalais le Cessez-le-feu de Bouaké, les Accords inter-malgaches, l’opposition réussie au Coup d’état en Guinée Bissau, la contribution à la normalisation des relations de la Libye avec l’Occident, le traitement de la crise du Darfour, l’Accord Tchad-Soudan, au récent Accord-Cadre inter-mauritanien, le Sénégal a mérité davantage son statut en Afrique de « petite grande puissance diplomatique ».

Que dire aussi des innombrables avancées de l’Union africaine sous la poussée d’une diplomatie sénégalaise leader incontesté sur le front du panafricanisme, de la promotion de la Diaspora et du genre, du rétablissement stratégique des relations diplomatiques avec la Chine, de la relance d’une coopération exemplaire avec l’Inde, le Brésil et les pays arabes émergents du Golfe, de l’entrée en force du Sénégal aux USA avec à la clé un financement MCA remarquable de $ 540 millions (270 milliards de FCFA) et un statut de « meilleur ami africain francophone » des Etats-Unis, tout en préservant le socle fondamental et fondateur de notre diplomatie que symbolisent les relations privilégiées avec la France, le Maroc et l’Arabie Saoudite.

Tout cela nous a valu des distinctions internationales prestigieuses comme le Prix de la Ligue internationale des Droits de l’Homme, le Prix Houphouet Boigny pour la recherche de la Paix et le Prix Harriman pour la Démocratie du NDI. Prix attribués à un Chef d’état et à travers lui à son peuple et à sa remarquable machine diplomatique.

Qu’il me soit aussi permis de remercier du fond du cœur les collègues ministres, les compagnons de route du Parti démocratique sénégalais et de la CAP 21 qui, au Parlement, n’ont cessé de m’apporter soutien politique et affection fraternelle. A mes compatriotes, frères et amis de l’opposition parlementaire comme ceux du reste de l’Opposition, je dis un grand merci pour avoir accepté le consensus sur notre politique extérieure et pour m’avoir prodigué conseils, soutien discret et encouragements dans des missions parfois périlleuses. Beaucoup parmi eux se sont particulièrement distingués dans cette hauteur de vue et cette grandeur patriotique. Je les salue avec affection.

Certains ont vu en moi le Ministre le plus « adulé » voire le plus « protégé » par la Presse. Ce n’était pas vrai au début et ça ne l’est devenu qu’à force de travail, de courage dans l’effort et de résultats probants. Que la dynamique presse et la vibrante société civile de mon pays acceptent ici ma gratitude pour leur accompagnement patriotique et leurs critiques constructives pour notre action diplomatique pendant presque 10 ans.

Que les paysans, travailleurs, cadres, étudiants, universitaires, jeunes, moins jeunes, hommes et femmes de mon pays et de notre continent, qui m’ont couvert de sympathie et d’encouragements, sachent qu’ils ont toujours été la source intarissable et le secret de mon énergie !

Je voue au Sénégal un amour inconditionnel, et à l’Afrique une adoration sans limites. Pour ces raisons, j’inscris désormais la suite de mes actions dans le combat politique citoyen pour la défense de la Démocratie et de la République, la lutte sans concession contre la corruption, la mal-gouvernance, et pour l’avènement inéluctable des Etats-Unis d’Afrique.

Last but not least, mon Directeur de cabinet, la Secrétaire Générale, les membres du cabinet et l’ensemble du personnel diplomatique à l’extérieur et à la portion centrale du Ministère des Affaires étrangères connaissent tous ma singulière affection et ma profonde gratitude pour eux, les vrais héros anonymes des succès diplomatiques du Sénégal.

Cheikh Tidiane Gadio

Samedi 3 Octobre 2009 - 00:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter