Lettre d'un fils, Imam Mouhammedou Abdoulaye CISSE, à son père, le vénéré guide religieux Serigne El Hadji Madior CISSE (rta)



Cher Papa, Éminent Maître, vénéré guide,

Déjà neuf années, mais je me rappelle de votre départ comme si c'était hier. Après nous avoir éclairé comme 

le soleil à son zénith, vous nous avez quitté en achevant votre noble mission peu avant la prière du 

crépuscule, c'était un dimanche. Votre départ a laissé dans le cœur de vos fils, de vos filles, des talibés et 

sympathisants, une blessure qui ne veut pas guérir et un vide qui ne parvient pas à être comblé. 

À l'instant même où mon cœur est sur le point de se déchirer, je me souviens de votre précieux conseil et me 

tourne vers Celui qui répond à l'appel de l’oppressé en lui demandant secours : Hasbounallah oua nihmal oua 

kil !

Oh bien aimé père, vous étiez dans le VRAI car la réponse du Tout Miséricordieux ne s'est pas fait attendre 

et j'ai été ébloui par une lumière éclatante, celle de la parole du Prophète Mouhammed aleyhi salam. 

Le Messager de Dieu, aleyhi salam, nous rappelait que les œuvres de l'homme l'accompagnent dans sa tombe 

après sa mort. Et parmi ces œuvres, le Prophète, aleyhi salam, a cité la construction d'une mosquée, 

l'enseignement d'une science ou encore un enfant pieux qui demande pardon pour lui après sa mort.

Mon bien aimé père, mon cœur de fils est donc apaisé lorsque j’entends les appels du muezzin, les zikr des 

fidèles et la transmission de vos enseignements qui raisonnent dans les murs de votre mosquée Ihsaane.  Mon 

cœur de fils est soulagé lorsqu'il se rappelle des principes fondamentaux d'éducation de rigueur et de 

discipline que vous nous avez inculqués. Et mon cœur de fils déborde de fierté lorsque je suis témoin de 

l'accomplissement de la mission que vous avait confiée l'honorable Serigne Ababacar SY (rta) pour 

l'implantation et la propagation de la communauté Tidjane de Saint Louis.

Allah a renforcé mon cœur de croyant en me rappelant que j'étais enveloppé de Son Amour, de l'amour de 

son Prophète aleyhi salam et de l'amour de mon père. C'est donc avec un cœur revigoré, qu'en ce jour de 

commémoration, je renouvelle solennellement l'engagement que j'avais pris auprès de vous très cher père de 

poursuivre votre œuvre sur terre conformément aux recommandations de Serigne Ababacar SY (rta). 

Ya Rahmane, je te demande en mon nom, en celui de mes frères et sœurs, des talibés, des sympathisants, et 

au nom de l'ensemble des dahiras affiliés à la Khadara, de déverser sur notre vénéré père El Hadji Madior 

CISSE ta miséricorde et d'accepter son œuvre ainsi que celle de ses fidèles compagnons et de son épouse, 

notre chère mère Sokhna Adja Salimata NDIAYE mama.  Ô Allah, Ya Mouh'yi, redonne vie à leurs œuvres 

par nos actes.

Ya Djamiou, fait de nous et de nos frères et sœurs en islam tes rapprochés et accorde nous des retrouvailles 

heureuses avec notre bien aimé Prophète Mouhamed Aleyhi salam en compagnie du regretté El haj Madior 

CISSE, dans ton firdaws et abreuve nous de ta source sacrée de Salsabil.

Ya Nour, fait des milliers de Salat et de Zikr entonnés jour et nuit dans la mosquée Ihsaane des compagnons 

de mon père et qu'ils inondent sa tombe de lumière tel un des jardins du paradis.

CISSE Madior Awa SARR Goumba CISSE ANTA Fall, Digne héritier de Amadou CISSE Lala et de 

Aîssatou GAYE l'Islam, reposez en paix auprès des vénérés maîtres de la Tarikha, après avoir accompli votre 

noble mission sur terre. 

Amine Ya Rabbil alamine


Vendredi 1 Avril 2016 - 10:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter