Lettre ouverte à Abdoul Mbaye (Thérèse Faye Diouf)



Lettre ouverte à Abdoul Mbaye (Thérèse Faye Diouf)
Monsieur MBAYE,
Vous avez raté une bonne occasion de faire vôtres  les enseignements de votre Père que vous aimez tant rappeler.

Si vous saviez  ce que parler veut dire, vous auriez compris qu’au Sénégal on ne peut pas incarner des valeurs  en faisant dans les antivaleurs. La prétention, le plus souvent, se manifeste chez ceux dont  l'ambition démesurée, en plus de ne se distinguer qu’entre deux cafés, fait oublier la réalité du pays.
Or en politique nous avons très bien appris avec le Président Macky Sall que c'est l'art de faire à partir du réel par le réel pour le réel. Une leçon apprise à l'école Macky Sall qui a fait deux fois le tour du Sénégal avant son accession à la magistrature suprême. Monsieur MBAYE votre jeu est cousu de fil blanc et les sénégalais savent qu'il a franchi le rubicon en entrant en politique juste pour se faire un parapluie, paratonnerre ou un gilet pare-balles. Votre  ACT est juste un bouclier pour masquer vos faits d’armes peu glorieux.

J'invite vos camarades de promotion ou amis d'enfance à vous dire ceux qu'ils savent de votre état civil. Tout comme j'invite les hommes d'affaires et institutions financières à nous édifier sur vos rapports au travail.

Pour le reste, comme nous le savons tous, ce n'est pas l'ego surdimensionné ou le moi méprisant qui fait le modèle. La jeunesse sénégalaise se souviendra toujours des actes que vous avez posés. Cette même jeunesse qui prépare l'avenir dès maintenant sera toujours  le bouclier du Président Macky Sall.
Je termine par cette citation de baltasar Gracian parlant de l’homme irrégulier dans son procédé : « il y’a des gens, qui chaque jour sont différents d’eux-mêmes, ils ont même l’entendement journalier, encore plus la volonté et la conduite. Ce qui était hier leur agréable OUI, est aujourd’hui leur désagréable NON. Ils démentent toujours leur procédé, et l’opinion, qu’on a d’eux, parce qu’ils ne sont jamais eux-mêmes. »
Vous êtes assurément un homme très irrégulier dans son procédé.

Vous avez commencé votre engagement politique en donnant des coups ne vous étonnez surtout pas d’en recevoir.
A bon entendeur salut !
 
Thérèse FAYE DIOUF


Mardi 17 Mai 2016 - 12:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter