Lettre réponse de Karim : Wade enfonce son fils – pour Alioune Ndao : "c’est une insulte à la Justice sénégalaise"

La lettre de l’ancien président Abdoulaye Wade pour disculper son fils est partie pour avoir l’effet inverse. Les magistrats de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) assimilent cette lettre de l’ancien chef d’Etat pour tirer d’affaire son fils, Karim Wade comme «un manque de respect à la Justice sénégalaise, voire même une insulte à celle-ci». Abdoulaye Wade a tenté de faire croire l’argent trouvé dans ce compte qui porte le nom de son fils à Monaco est un don d’un dirigeant de pays arabe.



Lettre réponse de Karim : Wade enfonce son fils – pour Alioune Ndao : "c’est une insulte à la Justice sénégalaise"

 Nos confrères du Quotidien ont cité des sources judiciaires qui reviennent en détails sur la réponse de Karim Wade face à la seconde mise en demeure du procureur près de la CREI. Karim Wade a fourni une attestation fournie par son père, Me Abdoulaye Wade, en date du 13 octobre 2013 et signée à Versailles. Et l’ancien président de la République de mentionner dans ledit document que «l’argent trouvé dans le compte de Karim Wade à Monaco est un don personnel que m’a fait un dirigeant d’un pays arabe.

Me Abdoulaye Wade de poursuivre : «j’avais d’ailleurs écrit au Président Macky Sall pour lui demander de régler cette affaire entre chefs d’Etat avant la découverte de ce compte bancaire». Nos confrères de préciser que l’ancien président de la République n’a pas manqué d’expliquer encore dans cette attestation : «ce pays arabe est un ami qui entretient avec le Sénégal des relations historiques, traditionnelles et fraternelles».
 
Les magistrats de la CREI veulent plus de précisions sur le nom du pays et le dirigeant auteur de ce don. «L’attestation produite par l’ancien président sénégalais ne donne pas le nom du pays qu’il évoque, encore moins celui du dirigeant de ce pays, de même que les conditions dans lesquelles cet argent s’est retrouvé dans le compte de son fils, Karim Wade.
 
A cet effet, les magistrats de la CREI ont estimé que «cette attestation constitue le meilleur aveu de l’incapacité de l’ancien ministre d’Etat à justifier les fonds retrouvés dans son compte. Et que cette attestation semble enfoncer Karim Wade plutôt que de le blanchir». Ce qui irrite le plus les magistrats c’est le fait que Abdoulaye Wade ait dit à Macky Sall «de régler la question entre chefs d’Etat». Ce qu’ils considèrent comme un manque de respect sinon pire, une insulte à l’endroit de la justice sénégalaise.




Jean Louis DJIBA

Mardi 15 Octobre 2013 - 12:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter