Liban: manifestation à Beyrouth pour la libération des 26 otages

Cela fait deux mois et demi que 26 soldats et policiers libanais sont retenus en otages par des jihadistes de l'Etat islamique et du Front al-Nosra. Ils ont été enlevés lors des combats entre groupes extrémistes et armée libanaise, au début du mois d'août, à Ersal, dans l'est du Liban, à la frontière avec la Syrie. Les familles des otages sont désespérées et pressent le gouvernement d'obtenir la libération des otages, quelles que soient les conditions. Lundi 20 octobre, elles ont posé un ultimatum de 48h aux autorités, avant de déclencher une journée de colère.



Réfugiés syriens évacués de la ville d'Ersal par l'armée libanaise, le 4 août 2014. REUTERS/Hassan Abdallah
Réfugiés syriens évacués de la ville d'Ersal par l'armée libanaise, le 4 août 2014. REUTERS/Hassan Abdallah

C'est dans le centre de Beyrouth, en contrebas du siège du gouvernement, que se tient le sit-in des familles des otages. Près des tentes sont accrochés les portraits des soldats et policiers aux mains des jihadistes. La colère le dispute à l'angoisse, témoigne Zeinab Bazzal, dont le fils Ali, un militaire, est détenu par le Front Al-Nosra.

« Le gouvernement nous dit qu'il travaille, mais on ne voit pas de résultat, regrette cette mère de famille. Tout est confidentiel. On a l'impression que sans nos sit-in successifs, dans le pays et à Beyrouth, les négociations n'auraient pas commencé. Trois otages ont déjà été tués. On nous a dit qu'il n'y aura plus d'exécution si les négociations sont menées sérieusement. »

Selon Beyrouth, les revendications des jihadistes sont confuses. Les négociations sont aussi compliquées par les menaces sécuritaires. Hussein Youssef, dont le fils est aux mains de l'organisation Etat islamique, redoute que de nouveaux combats éclatent à Ersal, là où les otages ont été enlevés.

« Je ne vois pas vraiment de différence entre l'Etat islamique et le Front al-Nosra, en terme de danger pour les otages au quotidien, explique-t-il. Mais la crainte, c'est que des combats éclatent entre l'un des groupes de ravisseurs et l'armée et que nos enfants soient en danger, qu'ils soient aux mains de Nosra ou de Daech. »

L'armée est déployée en force autour d'Ersal. Elle veut empêcher une infiltration jihadiste depuis les montagnes qui surplombent la ville et jouxtent la Syrie.


Rfi.fr

Mardi 21 Octobre 2014 - 09:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter