Liberté provisoire : Aïda Ndiongue à l"écoute de la chambre d’accusation

Le défilé des co-inculpés de Aïda Ndiongue, dans l’affaire des produits phytosanitaires, s’est soldé avec des fortunes diverses. Si Mboré Ndiaye et Marième Bousso ont pu bénéficier d’une liberté provisoire, Abdoul Aziz Diop, Amadou Ndiaye, et Madou Sall ont été recalés. Acteur principale dans ce dossier, Aïda Ndiongue qui s’est heurtée à l’ordonnance de refus du juge Samba Sall vient d’introduire un recours devant la Chambre d’accusation pour obtenir une liberté provisoire.



L’ancienne mairesse des HLM qui a déposé sa requête sur la table du juge d’instruction du deuxième cabinet n’a pas obtenu gain de cause. Le juge Samba Sall à rendu une ordonnance de refus. Selon des sources fiables, l’ex-sénatrice libérale a déposé un recours à la chambre d’accusation qui doit désormais décider de son sort. Devant le magistrat instructeur, l’ex-sénatrice  libérale a brandi comme argument les contestations sérieuses. La juridiction de recours vient tout dernièrement d’accorder le quitus à Marième Bousso et Mboré Ndiaye qui avaient pourtant obtenu la liberté provisoire devant le juge d’instruction.


Mais qui ont été retenues en prison par l’appel du parquet. Tout comme Mboré Ndiaye et Marième Bousso, l’ancien secrétaire du ministère de l’Urbanisme, Madou Sall a également obtenu le sésame, de la part de la chambre d’accusation qui a eu a infirmé l’ordonnance de refus du juge d’instruction. Mais il a été recalé par le pouvoir en cassation du Parquet général. Selon le journal « L’As », Abdoul Aziz Diop a, à chaque fois été éconduit, aussi bien devant le juge Samba Sall que devant la juridiction du second degré qui a réservé le même sort à Amadou Ndiaye. 


Samedi 9 Août 2014 - 12:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter