Liberté provisoire : Aïda Ndiongue devant la Chambre d’accusation ce mardi, ses avocats menacent




Mise en demeure ce vendredi par le procureur spécial près de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI), Aïda Ndiongue devant la Chambre d’accusation ce mardi. La demande déposée depuis décembre dernier par les avocats de la responsable libérale et ancienne sénatrice dans les liens de la détention depuis plus de trois (3) mois dans le fumeux plan Jaxaay, il s’agit de l’annulation de toute la procédure déclenchée contre leur cliente.


« Si la chambre d’accusation annule toute la procédure, Aïda Ndiongue va sortir et tout ce qui concerne les bijoux qui avaient été saisis vont lui être restitués », espèrent Me Moustapha Diop et Cie qui reprochent toutefois au 1er président de la Cour d’appel de Dakar de « fouler aux pieds les décisions de la Cour suprême » en remplaçant « illégalement » les membres de la Chambre d’accusation non empêchés.
En effet, « Demba Kandji a violé la loi qui dit que, pour ce qui concerne les membres de la Chambre d’accusation, ils sont désignés annuellement  par l’Assemblée générale de la Cour d’appel de Dakar. On ne peut précéder à leur remplacement qu’en cas d’empêchement. Mais lui, il les a remplacés alors qu’ils n’étaient pas empêchés. Il fait pire qu’un magistrat du parquet en termes de subordination », dénonce la défense d’Aïda Ndiongue qui apportant la riposte aujourd’hui, menace d’opter pour la même stratégie des avocats de l’ancien président du Tchad, Hisséne Habré : Le silence devant le juge de siège.


Mes Moustapha Diop et Cie étaient en conférence de presse hier à la suite de la mise en demeure de leur cliente brandie vendredi dernier par le bourreau de Karim Wade dans le cadre de la traque des biens dits mal acquis. Aïda Ndiongue a jusqu’au 28 avril pour s’expliquer sur sa fortune estimée à 41 milliards F CFA. 


Mardi 1 Avril 2014 - 11:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter