Libye: le siège des services de sécurité attaqué à Benghazi

En Libye, au moins neuf personnes ont été tuées et 24 autres blessées, vendredi 2 mai, dans des heurts entre les forces spéciales de l'armée et un groupe armé à Benghazi, dans l'est du pays. Les forces spéciales affrontent régulièrement des activistes islamistes dans cette ville, notamment ceux d'Ansar al-Charia. Le gouvernement libyen a justement accusé ce groupe islamiste d'avoir mené l'attaque contre le siège des services de sécurité à Benghazi.



Un membre de l'armée tire vers des militants du groupe Ansar al-Charia, le 25 novembre 2013, à Benghazi. REUTERS/Esam Omran Al-Fetori
Un membre de l'armée tire vers des militants du groupe Ansar al-Charia, le 25 novembre 2013, à Benghazi. REUTERS/Esam Omran Al-Fetori

L’assaut a été lancé dans la matinée, non loin du centre-ville contre le siège des services de sécurité. Pendant plus d'une heure les combats à l'arme légère et au canon anti-aérien ont débordé sur d'autres quartiers de Benghazi. De fortes explosions ont également été entendues avant que police et armée ne reprennent le dessus avec un bilan d'au moins neuf morts, 24 blessés dans leurs rangs. Il n'y a pas de bilan clair du côté des assaillants même si certains auraient aussi été tués et d'autres arrêtés.

Dans l'après-midi, le gouvernement libyen a diffusé un communiqué officiel rendant responsable Ansar al-Charia Libye de cette attaque. Les jihadistes auraient peut-être voulu récupérer un véhicule chargé d'armes confisquées par les autorités. Depuis des mois ce groupe né au lendemain de la révolution et récemment classé terroriste par les Etats-Unis cherche à étendre son influence sur les grands centres urbains de Cyrénaïque.

Les hommes d’Ansar al-Charia mènent de nombreuses opérations de charités, paradent en armes dans les rues de Benghazi, mais aussi de Derna et Syrte, l'ancien bastion kadhafiste. Dans ces villes, les affrontements avec les forces pro-gouvernementales sont de plus en plus réguliers. Par ailleurs, à Benghazi, depuis décembre, les attentats sont là aussi réguliers et jamais revendiqués. Dernier en date : mardi. Un kamikaze a tué deux personnes devant un camp des forces spéciales.

 

Zoom sur Ansar al-Charia Libye

La branche libyenne d'Ansar al-Charia est née en Cyrénaïque au lendemain de la révolution en 2011. Très proche de son aile tunisienne, son noyau dur est d'abord constitué d'ex-rebelles tombeurs du colonel Kadhafi autour de personnalités proches du jihad global, comme Soufiane ben Qoumou, l'un de ses fondateurs originaires de Derna (est). Ancien détenu de Guantanamo et de la prison kadhafiste d'Abou Salim, il est passé par les camps afghans d'al-Qaïda et est souvent présenté comme l'ancien chauffeur d'Oussama ben Laden.

Malgré ses démentis, son groupe est fortement soupçonné d'avoir mené l'attaque du 11 septembre 2012 contre le consulat américain de Benghazi qui avait coûté la vie à l'ambassadeur Chris Stevens et trois autres diplomates. Depuis, Ansar al-Charia étend son emprise sur l'Est, d'abord à Derna, son fief historique, mais aussi à Benghazi et depuis peu dans l'ancien bastion kadhafiste de Syrte. Depuis des mois, les attentats, éliminations ciblées et affrontements armés sont de plus en plus fréquents à l'Est et les prises d'otage se développent jusqu'à Tripoli. À chaque fois, Ansar al-Charia Libye est soupçonnée de ne pas y être étrangère.

Source : Rfi.fr
 




Samedi 3 Mai 2014 - 11:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter