Libye: les soldats du général Haftar affirment avoir repris Benghazi

En Libye, les troupes du général Khalifa Haftar affirment avoir repris le contrôle de la ville de Benghazi, dans l'est du pays. La ville était contrôlée depuis des mois par les islamistes. Les combats intenses duraient au moins depuis mercredi 29 octobre et auraient fait 36 morts, selon des sources médicales.



Un membre des forces pro-gouvernementales à Benghazi pendant les combats face aux islamistes, le 2 novembre. AFP PHOTO / MOHAMED EL-SHEIKHI
Un membre des forces pro-gouvernementales à Benghazi pendant les combats face aux islamistes, le 2 novembre. AFP PHOTO / MOHAMED EL-SHEIKHI

Les informations sont difficiles à vérifier car Benghazi est largement coupé du reste du pays. Selon Samir Ghattas, porte-parole de l'ex-envoyé spécial de l'ONU en Libye, désormais basé en Tunisie, les forces du général Khalifa Haftar  peuvent avoir repris le contrôle d'une partie de la ville mais cela ne veut pas dire que la situation est stable.

Selon les forces progouvernementales, en tout cas, les unités des forces spéciales du général Khalifa Haftar se sont emparées, vendredi 31 octobre et samedi 1er novembre, des quartiers sud et est de la ville. Ils auraient ainsi repris le contrôle de camps militaires tenus par les islamistes, dont le groupe extrémiste Ansar al-Charia, depuis juillet dernier. Ils auraient également mené des raids aériens dans l'ouest de la ville, fief des islamistes. Ces combats ont fait au moins 36 morts entre vendredi et samedi, selon des sources médicales.

Le porte-parole des forces spéciales a annoncé la reprise de ces quartiers samedi, où se trouve notamment l'aéroport de la ville. Des témoins ont également rapporté que les éléments de ces forces ont attaqué plusieurs maisons des miliciens islamistes dans les quartiers est et sud.

Le général Khalifa Haftar et ses forces alliées jointes à l'armée libyenne, dites « forces progouvernementales » ont lancé une offensive sur l'est libyen à la mi-octobre contre les groupes islamistes qualifiés de « terroristes ». Les combats ont fait depuis, plus de 250 morts. Le gouvernement, lui, a dû fuir Tripoli à la fin du mois d’août dernier, après un assaut d'autres groupes islamistes.

 
 
 

Rfi.fr

Lundi 3 Novembre 2014 - 09:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter