Libye: nouvelle tentative de dialogue

Ce lundi 29 septembre, une nouvelle tentative de dialogue devrait avoir lieu en Libye pour mettre fin à la crise que traverse le pays depuis des mois. Des députés proches de chaque camp devraient se rencontrer et tenter de trouver un accord, notamment sur la passation de pouvoir entre l'ancien Parlement, le Congrès général national dont le mandat a expiré, mais qui est soutenu par les forces qui contrôlent Tripoli et la Chambre des représentants, élue en juin 2014.



Agila Saleh Essa Gwaider, président de la Chambre des représentants de Libye, le 27 septembre à la 69e session de l'Assemblée générale de l'ONU à New York. AFP PHOTO / Timothy A. CLARY
Agila Saleh Essa Gwaider, président de la Chambre des représentants de Libye, le 27 septembre à la 69e session de l'Assemblée générale de l'ONU à New York. AFP PHOTO / Timothy A. CLARY

Difficile de s’accorder sur un lieu pour la réunion de dialogue entre les différentes parties du conflit libyen. Après avoir évoqué plusieurs villes, c’est finalement à Ghadamès, près de la frontière algérienne, que la rencontre annoncée par la mission des Nations unies en Libye devrait avoir lieu, ce lundi 29 septembre.

L’idée : rassembler autour de la même table des députés de la Chambre des représentants élue en juin  et seul Parlement reconnu par la communauté internationale. Parmi ces députés, une trentaine avaient décidé de boycotter le Parlement pour protester contre la décision de siéger à Tobrouk.

La liste des participants toujours pas connue dimanche

Initialement, cette assemblée devait en effet s’installer à Benghazi, mais la violence qui y règne a rendu la chose impossible. Pour ces députés qui pratiquent la politique de la chaise vide, la ville de Tobrouk est sous le contrôle des forces loyales au général Khalifa Haftar. Un choix inacceptable pour ses opposants.

La liste des participants n’était toujours pas connue à la veille de la réunion et seule une poignée de ces élus aurait accepté de participer. Selon une source onusienne, ce dialogue entre députés est mal engagé et a peu de chances d’aboutir. Le chef de la mission de l’ONU s’est rendu dimanche à Tobrouk puis à Tripoli pour convaincre les députés d’y participer.


Rfi.fr

Lundi 29 Septembre 2014 - 10:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter