Libye: quatre ministres quittent le gouvernement d'union

Quatre ministres sont sortis du gouvernement d’union nationale libyen vendredi 1er juillet. Issu d'un accord parrainé par les Nations unies et signé en décembre 2015 au Maroc, ce gouvernement s'est installé à Tripoli le 29 mars. Il s'est constitué sur la base d'un communiqué de soutien d'une centaine de députés de Parlement reconnu basée à Tobrouk à l'est du pays. Mais il n'a pas réussi à obtenir un vote officiel du Parlement et n'a pas convaincu la population.



Plus de trois mois après son installation à Tripoli, ce gouvernement d'union nationale paraît plus fragile que jamais. Si le gouvernement, formé initialement de 18 ministres, annonce le limogeage de quatre de ses ministres pour avoir refusé d'assumer leurs fonctions, la presse libyenne, elle, parle d'une démission et évoque les divisions à l'intérieur du gouvernement.
 
Les quatre ministres concernés sont en effet tous originaires de l'est du pays, où siège un gouvernement parallèle.
 
Après trois mois d'existence, ce gouvernement apparaît bien fragile. Il n'a tenu sa première réunion que la semaine dernière. Son ministre de la Défense a pris ses fonctions vendredi seulement en s'installant à la base de Yarmouk.
 
Les parlementaires de Tobrouk à l'est, tout comme une grande partie de la population libyenne ne voient pas d'un très bon œil le rapport que le gouvernement entretient avec les milices. Pour reprendre la ville de Syrte au groupe Etat islamique, le gouvernement s'appuie sur les ex-révolutionnaires devenus des groupes armés.
 
Les 100 parlementaires, enthousiastes à l'arrivée du gouvernement d’union nationale, ne le sont plus aujourd'hui. La bonne volonté qu'il affiche ne suffira plus pour asseoir sa légitimité politique aux yeux d'une bonne partie des Libyens.
 
« Je suis confiant dans le fait que nous allons surmonter cette épreuve, mais si un jour, je n'y crois plus, je ne resterai pas une minute », avait déclaré le Premier ministre libyen la semaine dernière. Face aux divisions et à la situation qui se complique, Fayez el-Sarraj avait reconnu qu'il « ne possède pas une baguette magique ».


Source: Rfi.fr


Samedi 2 Juillet 2016 - 11:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter