Liga: Barcelone perd des plumes

C'est ce qui s'appelle un exploit retentissant. Samedi, Valence est allé s'imposer au Camp Nou face à Barcelone (2-3, 22e j. de Liga), faisant les affaires des clubs madrilènes qui jouent dimanche. Malgré un but de Messi (sp), les Blaugrana sont tombés de haut, friables défensivement et opposés à un très bon gardien. Leur statut de leader est en sursis, forcément...



Pour mesurer la symbolique d'une telle nouvelle, il faut rappeler une statistique importante. En championnat au Barça, le Barça restait sur 25 victoires d'affilée. Il n'y en aura pas de 26e. Les raisons sont nombreuses et la première se nomme Diego Alves. Le gardien brésilien du Valence CF a été brillant dans sa cage. L'image la plus impressionnante n'est d'ailleurs pas l'un de ses arrêts. Non, pour comprendre à quel niveau le portier de 28 ans a évolué, il faut regarder le penalty de Lionel Messi, le but du 2-2, un missile envoyé en plein lucarne qu'il était à deux doigts de sortir (54e). Sacrée performance....
 
Diego Alves a également enrayé la machine catalane quand celle-ci fonctionnait à plein régime. Après le but génial (heureux ?) d'Alexis Sanchez, un lob excentré tout en toucher (1-0, 7e), le dernier rempart des visiteurs s'est mué en véritable mur, empêchant le Chilien (21e) et Messi (23e) d'accroître l'avance catalane. Incapables de doubler la mise, également ralentis par une certaine nonchalance, les Blaugrana sont rentrés aux vestiaires avec un score de parité plutôt inattendu. Juste avant la pause, le combattif Daniel Parejo avait combiné avec Sofiane Feghouli pour égaliser (1-1, 44e).
Quid du vrai Messi ?
 
Surpris avant la mi-temps, les Catalans l'ont également été après. L'occasion pour l'agile Pablo Piatti, 1m63, de dominer Daniel Alves dans les airs et lober Victor Valdés de la tête (1-2, 48e). Un but, comme le troisième signé Paco Alcacer (2-3, 59e), venant pointer du doigt la désorganisation et la fébrilité du Barça lorsqu'il se fait prendre en contre-attaque. Inquiétante, d'autant plus à 17 jours d'un duel contre Manchester City en C1, cette fragilité derrière s'est mariée ce samedi avec une impuissance devant.
 
Sans le Brésilien Neymar, toujours blessé, et avec un Lionel Messi toujours convalescent, l'attaque blaugrana a manqué d’innovation. Gerardo Martino devra d'ailleurs rapidement régler le souci de l'Argentin, bien trop bas sur le terrain (souvent proche du rond central) alors qu'il n'a pas récupéré son coup de rein. Hormis sur une action fantastique en toute fin de match (90e+4), le quadruple Ballon d'Or n'a jamais été dangereux. En attendant de trouver des remèdes, le Barça va peut-être perdre la première place du classement. Il pourrait même compter trois longueurs de retard sur l'Atletico Madrid, ou deux sur le Real, si les deux clubs s'imposent dimanche. Ainsi va la vie dans cette Liga si disputée.

sports.fr

Dimanche 2 Février 2014 - 10:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter