Liga : Messi-Luis Enrique, symbole des tensions d'un Barça qui joue gros face à l'Atlético

Les rumeurs de tensions entre Lionel Messi et Luis Enrique ont profondément secoué le FC Barcelone cette semaine avant la réception de l'Atletico Madrid ce soir en Liga (21h00), un choc dont l'issue peut apporter la réconciliation ou bien accentuer la crise. Le Barça perdrait sa deuxième place au profit des Colchoneros en cas de défaite.



Le Camp Nou divisé

La semaine a été riche en turbulences internes au Barça: défaite dimanche contre la Real Sociedad (1-0) en Liga, absence de Messi à l'entraînement lundi, limogeage du directeur sportif Andoni Zubizarreta lundi après-midi et démission dans la foulée de son adjoint, l'emblématique Carles Puyol. Mais malgré la tranquille victoire contre Elche jeudi en Coupe du Roi (5-0), Luis Enrique reste sous pression avant la 18e journée de Liga. Le technicien est l'homme qui a osé laisser Messi sur le banc des remplaçants à Anoeta, ce qui n'a semble-t-il pas plu à la star.

Cela a alimenté le procès de l'entraîneur asturien (44 ans), sur fond de résultats mitigés et de jeu décousu. Et une fracture semble s'esquisser parmi les supporteurs puisque le Camp Nou, jeudi soir, a résonné à la fois de sifflets et de chants de soutien à Luis Enrique. "C'est l'entraîneur qui commande et Messi devrait l'accepter, que ça lui plaise ou non", a jugé Tomas Morales, un étudiant de 24 ans croisé vendredi aux abords du stade.

A l'inverse, pour Marta Sierra, une avocate de 33 ans, "Luis Enrique a tout à perdre" parce que "les gens adorent Messi et ils ne vont pas hésiter s'ils doivent choisir qui soutenir". Contre Elche, le nom du quadruple Ballon d'Or a été scandé après son but sur penalty. Et l'Argentin devrait recevoir un autre hommage dimanche devant son public pour être devenu fin novembre le meilleur buteur absolu de l'histoire du Championnat d'Espagne.

Leo Messi (Barcelone) contre Elche en Coupe du Roi
Leo Messi (Barcelone) contre Elche en Coupe du Roi - AFP

Le président joue l'apaisement

S'employant à calmer les esprits, le président barcelonais Josep Maria Bartomeu a été contraint mercredi de convoquer des élections anticipées pour la fin de la saison. Au passage, le dirigeant, candidat à sa propre succession, a assuré que l'incendie du vestiaire catalan était sous contrôle. "J'ai parlé avec Messi et Luis Enrique et les choses vont bien", a assuré Bartomeu, qui a tenté de couper court aux rumeurs d'un éventuel départ de la star: "Messi a un contrat jusqu'en 2018. Il est content, heureux. Nous sommes très tranquilles."

Pourtant, l'Argentin a commencé à suivre lundi le compte de Chelsea sur le réseau social Instagram, semant la panique chez les supporteurs. En outre, Messi (27 ans) avait déjà instillé le doute sur son avenir en novembre, répétant vouloir rester à Barcelone mais en ajoutant que "parfois, tout ne se passe pas comme on veut". Chelsea a néanmoins écarté vendredi un tel recrutement, le jugeant "quasiment impossible" pour n'importe quel club respectant le fair-play financier étant donné la clause de départ prévue dans le contrat de "La Puce", 250 millions d'euros selon la presse.


eurosport

Dimanche 11 Janvier 2015 - 12:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter