Ligue 1 : Lille accélère, Sochaux et Bordeaux manquent le coche




C'est la dernière ligne droite du championnat. Si Paris file tout droit vers le titre après un nouveau succès sans appel contre Reims (3-0), les dernières places pour l'Europe comme pour la élégation en Ligue 2 se négocient lors de cette 32e journée.
 
 
Les matchs de samedi ont surtout favorisé le statu quo pour la plupart des équipes. Revue de détails.
Toulouse-Lille (1-2). Lille a conforté sa 3e place grâce à sa victoire au terme d'un match que le Losc a survolé pendant 70 minutes avant de terminer à neuf. Forts de leur domination au milieu, les Nordistes ont logiquement ouvert la marque. Le remuant Kalou servait Roux dans la profondeur, au terme d'un une-deux avec Marvin Martin dans l'axe du terrain. L'attaquant lillois ne manquait pas son duel face à Boucher (26e). Kalou, encore lui, transformait le penalty obtenu par Béria, sur une faute de Didot, pour porter l'avance des siens à 2 à 0 (42e).

Incapables de saisir leur chance, les Toulousains ont bien poussé, notamment avec Aurier, qui réussissait à réduire le score dans le temps additionnel (90e+2). Mais le TFC, 18e équipe à domicile, n'a rien pu faire contre un Losc recroquevillé. Même réduite à neuf, la deuxième meilleure défense de L1 a suffisamment tenu le choc, n'encaissant qu'un seul but.

Bastia-Sochaux (2-2). Le FC Sochaux a raté l'occasion de se rapprocher de la 17e place, première position de non relégable. Sochaux (19e) menait pourtant 2 à 0 à la mi-temps. Les deux équipes enchaînaient les erreurs techniques au moment du dernier geste, jusqu'à la 44e minute et un centre du défenseur sochalien Sébastien Corchia parfaitement repris de la tête par l'attaquant Jordan Ayew (45). Une ouverture du score méritée qui sublimait des Lionceaux et un Corchia intenable qui, une minute plus tard, poussait le ballon au fond des filets au milieu d'une défense bastiaise amorphe.

Au retour des vestiaires, la rencontre allait totalement basculer. Dès la 49e minute, Gianni Bruno héritait d'un ballon à un mètre des buts mais ne cadrait pas sa tête. Ce n'était que partie remise pour l'attaquant belge de Bastia qui, à la 53e minute, reprenait victorieusement un centre de Palmieri. Fraîchement rentré en jeu, l'attaquant Djibril Cissé, lui, n'allait pas se faire prier. Sur une ouverture de 50 mètres de Romaric, l'ancien marseillais plaçait une volée dont il a le secret pour l'égalisation (68e).

Lorient-Evian Thonon Gaillard (1-1). Evian-Thonon est allé grappiller un point mérité dans la lutte pour le maintien sur la pelouse d'une équipe de Lorient hors sujet. Car ils ont largement dominé pendant l'essentiel du match des Merlus qui, malgré l'ouverture du score précoce d'Aliadière de la tête, isolé face au but sur un bon centre d'Aboubakar (5e), ont été copieusement dominés pendant l'essentiel du match et sifflés par leur public. L'égalisation d'Evian-Thonon par Wass, à l'affût au deuxième poteau d'un centre d'Abdallah (70e), qui s'est bien rattrapé d'avoir couvert Aliadière sur le but lorientais, est intervenue après une accumulation de situations dangereuses.

Guingamp-Montpellier (1-2). Montpellier, privé de victoire depuis cinq journées, a fait un grand pas pour son maintien face à un concurrent direct. La folle ambiance régnant au stade du Roudourou, pour fêter les 20 ans du Kop Rouge, allait s'éteindre brusquement : Sorbon, maladroitement, inscrivait un but contre son camp (25), de la tête, suite au coup-franc de Tiéné, avant que Stambouli, tranquillement, n'aggrave la marque (2-0, 27e).

Les Bretons tentaient de reprendre les rênes à l'entame de la seconde mi-temps à l'image de Mandanne, dont la frappe effleura la transversale adverse. Yatabaré réduisait finalement le score grâce au bon travail, sur le côté, de Beauvue (2-1, 61e).

Bordeaux-Rennes (2-2). Bordeaux, qui menait 2 à 0 à l'heure de jeu, a gaspillé une nouvelle possibilité de se rapprocher de la 5e place. Dominateurs pendant une heure face à des Rennais pour le moins inoffensifs, les hommes de Gillot avaient fait l'essentiel en trouvant l'ouverture par Hoarau, servi à la limite du hors-jeu par Rolan, qui s'en allait battre Costil (1-0, 37e). A l'heure de jeu, on pensait l'affaire entendue après que Rolan, bien trouvé dans l'espace par Saivet, ait inscrit son premier but sous les couleurs girondines, doublant logiquement la mise au regard de la physionomie du match (61e).

C'était sans compter sur la révolte des Rennais qui revenaient au score en quatre minutes sur deux flottements défensifs locaux bien repérés et convertis par Doucouré (64e) et Alessandrini (68e, 2-2) à la réception de centres de Makoun et Grosicki.

Le Parisien

Dimanche 6 Avril 2014 - 00:24



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter