Ligue des champions Paris écrase Leverkusen (0-4)

Le Paris-SG a parfaitement bien négocié son 8e de finale aller de la Ligue des champions sur le terrain du Bayer Leverkusen, qui n'a pas fait le poids (4-0). La qualification pour les quarts est déjà quasiment acquise.



Ligue des champions Paris écrase Leverkusen (0-4)
Attendu avec délectation depuis deux mois par une équipe de Paris avide de conquête, ce 8e de finale aller de Ligue des champions  a été une affaire très vite pliée ce mardi soir à la BayArena. Le PSG s’est baladé dans les grandes largeurs (4-0). L’ampleur du résultat ne laisse guère de doute sur sa prochaine qualification pour les quarts de finale. Car on ne voit franchement pas comment ce Bayer Leverkusen va pouvoir inverser la tendance après cette incroyable gifle. Ibrahimovic, Matuidi et Cabaye ont fait exploser le verrou d’une formation allemande très fébrile en défense, particulièrement maladroite dans ses relances et impuissante au milieu. Elle a d’ailleurs fini à dix après l’exclusion de l’ancien Montpelliérain Emir Spahic, qui n’a pas failli à sa réputation (58e).
 
 
Ce huitième aller rappelle le déplacement du PSG à Anderlecht lors de la phase de groupes (5-0). A la pause, tout était déjà entendu, et les supporters locaux n’ont jamais trouvé une seconde période aussi longue. La faute à Zlatan Ibrahimovic, double buteur avant la pause et désormais premier auclassement des buteurs  avec 10 réalisations. Lui dont les statistiques* faisaient douter de sa capacité à être décisif lors des matches à élimination directe, doit bien rigoler. Le Suédois a mis à terre le Bayer d’abord d’un penalty, offert pour une faute de Spahic sur Lavezzi (39e), puis d’une somptueuse reprise du gauche à l’entrée de la surface délicieusement expédiée juste sous la barre (43e). Du grand art.
 

Cabaye ouvre son compteur

 
Sur cette action, Ibra a profité d’une passe en retrait de Matuidi, lequel a vite brisé la glace dans ce match presque à sens unique. Dès la 3e minute, l’ancien Troyen a ouvert le score en étant à la fois à l’origine et à la conclusion d’une action qui allait en dire long sur les forces en présences, et notamment les limites criantes d’un Bayer qui vient de concéder sa troisième défaite en moins de huit jours. Premier but pour Matuidi cette saison en C1, ce qui est également le cas pour Yohan Cabaye, décisif à la 88e et pour la première fois depuis son arrivée il y a un mois. L’autre grand homme du match a été Marco Verratti. L’Italien, que son entraîneur aimerait voir prendre moins de risque dans son camp, a offert un récital au milieu. Il était partout. Et très facile. A l’image de son équipe.

*5 buts en 30 matches à élimination directe en Ligue des champions avant ce match
Avec l'Equipe

Jean Louis DJIBA

Mardi 18 Février 2014 - 23:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter