Limogeage Alioune Ndao: L’UMS dénonce et déplore

L’Union des Magistrats du Sénégal (UMS) soutient le désormais ex-Procureur spécial, Alioune Ndao prés la Cour de Répression de l'Enrichissement Illicite (CREI). El Hadji Abdoul Aziz Seck, secrétaire général dénonce et déplore un « procédé discourtois » et « contraire au principe d’indépendance de la Justice».



Limogeage Alioune Ndao: L’UMS dénonce et déplore
Les interventions pleuvent sur ce qui est convenu d’appeler l’affaire Alioune Ndao. La dernière est celle de l’UMS qui déplore et dénonce. En effet, sert le secrétaire général, El Hadji Abdou Aziz Seck : «Cela semble très grave qu’un collègue puisse être démis de ses fonctions suivant les raisons qui sont invoquées dans la presse. Nous déplorons le procédé qui a été utilisé. C’est assez discourtois et contraire au principe d’indépendance de la Justice. C’est tout le commentaire que l’on peut dire ». Mais l’UMS de s’inscrire en faux quant à l’ingérence de l’exécutif.


«Les magistrats sont nommés au poste par le Conseil supérieur de la magistrature qui a un droit de regard sur ce qui se fait. Selon le Secrétaire général de l'UMS sur les ondes de la Rfm, «le Président de la République ne peut pas imposer aux magistrats d’éventuelles mesures. Maintenant, on peut dire que dans cette magistrature, c’est un sentiment personnel, il y a un principe de solidarité qui n’est pas très bien respecté parce qu’on ne peut pas prendre une mesure sans pour autant que les collègues, si les raisons invoquées existent, ne puissent opposer leur veto ». 


Mercredi 12 Novembre 2014 - 13:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter