Locales 2014-Kidnapping du mandataire de BBY à Ogo: Macky Sall interpellé sur la responsabilité d’Abou LO dont le camp réfute




La forclusion de la liste de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) en vue du rendez-vous des locales du 29 juin prochain, ne passe toujours à Ogo, communauté rurale sise dans la région de Matam. Suite à la plainte d’Alassane Niane, le mandataire de ladite liste enlevé, molesté puis séquestré pour l’empêcher de faire le dépôt, les accusations vont bon train. A ce propos, Abou LO n’échappe pas. Même si son camp ne tarde pas à se signaler pour botter en touche toute implication du Directeur de l’Agence de Régulations des Télécommunications et des Postes (ARTP), le président de la République non moins président de l’Alliance Pour la République (APR), Macky Sall est interpellé.
 
 
En effet, le camp d’Amadou Kane accuse ouvertement Abou LO d’être à l’origine du malheur, « Abou LO à la tête d’une bande s’est crue le devoir de kidnapper le mandataire durant la nuit du mardi au mercredi. Les bandes de nervis armés par Abou LO ont perpétré des actes de violence qui ont empêché l’accomplissement de tout acte administratif. Nous en parlons et en appelons au président de l’APR pour lui dire qu’Abou LO a choisi de faire perdre notre parti, violer la loi et perpétrer des actes de sabotage contre l’APR », charge leur porte-parole, Abdoulaye Thiam. Ce qui réfute le camp de l’ancien ministre de la Communication et des Télécommunications. Selon le camp d’Abou LO, les auteurs de cette forfaiture ne sont d’autres que « ceux-là qui ont voulu parachuter des transhumants ». Sur ce point, Amady Dieng sur les ondes de la Rfm, n’y va pas par quatre chemins pour apporter la réplique :


« C’est le non respect de la base qui depuis 2009, contre vents et marées, travaillent pour mener à bien les activités de l’APR. C’est cette même base qui n’est respectée et responsabilisée au profit des transhumants qui ont épaulés par des responsables qui ont fini de déstabiliser le parti. Nous n’accepterons jamais de céder notre place. Abou LO n’est pas responsable de ces événements, il a même accepté de ne pas être le mandataire. Ce qui est trop à notre goût », tance l’apériste qui interpelle à son tour le président Sall.


Une tension du camp du pouvoir loin de déplaire au camp adverse à savoir les candidats de la coalition Yaakaar du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) et Rewmi bien décidés à saisir cette opportunité dans la chasse aux voix des locales 2014.


Samedi 3 Mai 2014 - 14:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter