Locales: "Les sacrifices du Doyen Oumar DIA, Mamadou MANE et Omar DIOP BLONDIN ne seront pas vains", Yoonu Askan Wi



La Délégation Exécutive Nationale (DEN) de Yoonu Askan Wi /Mouvement pour l’Autonomie Populaire, réunie le dimanche 11 mai 2014 à Kaolack, s’est particulièrement appesantie sur l’implication et le positionnement du parti dans la bataille des élections locales du 29 juin 2014. Abordant le contexte de ces élections, la DEN a tenu tout d’abord à s’incliner pieusement devant la mémoire des vaillants combattants Doyen Oumar DIA de Guédiawaye et Mamadou MANE de l’ANAFA ainsi que du camarade Omar DIOP BLONDIN, assassiné jour pour jour le 11 mai 1973 dans les geôles du régime UPS-PS de SENGHOR. Hommage à tous les martyrs de la cause du peuple sénégalais, des peuples d’Afrique et du monde, leur sacrifice ne sera pas vain, la lutte continuera jusqu’à la victoire finale.

Concernant les élections locales du 29 juin 2014 : Yoonu Askan Wi, conformément à son option de promouvoir prioritairement des listes populaires et citoyennes, partout où cela était possible et opportun, a initié ou soutenu des listes Yoonu Askan Wi / Sunu gox, sunu askan,   ou des listes autonomes de coalition dans plusieurs collectivités locales des départements de Kaolack, Thiès, Guédiawaye, Rufisque,  Dakar, Pikine, Louga, Tambacounda, Mbour, Ziguinchor,  Dagana, etc. Pour d’autres communes, des candidats du parti sont présents sur des listes portées par Bennoo Bokk Yaakaar ou Bennoo Siggil Senegaal. Il faut le souligner pour le fustiger, le comportementde certains responsables de l’APR, du PS et de l’AFP, la propension à l’hégémonisme inacceptable, la boulimie égoïste du pouvoir et le manque de considération vis-à-vis des alliés, ont sapé  durablement l’unité dans nombre de circonscriptions. Certains partis l’apprendront probablement à leurs dépens. BBY quant à lui s’en relèvera difficilement, s’il ne court pas le risque de signer, à l’occasion, son certificat de décès. A ce propos, YAW condamne la sanction administrative infligée à la journaliste Aminata Angélique MANGA pour le choix politique souverain qu’elle a assumé à l’occasion de la confection des listes à Ziguinchor.
 

La Délégation Exécutive Nationale (DEN) de Yoonu Askan Wi félicite tous les camarades, sympathisants et partenaires qui, malgré parfois l’inexpérience et le manque de moyens, n’ont ménagé aucun effort pour contribuer à l’affirmation de listes crédibles, de rupture et de progrès, dans nombre de localités à travers le pays, rehaussant ainsi l’image et la visibilité du parti, sous l’égide du credo ‘’gëm sa bopp, gëm sa askan’’. Il reste cependant beaucoup à faire dans les chantiers  de l’implantation, de l’organisation, de l’animation ainsi que de la mobilisation des indispensables ressources matérielles, financières et logistiques à la hauteur de nos ambitions et responsabilités face à notre peuple. Yoonu Askan Wi saisit l’occasion pour exprimer son accord total avec le Président de la CENA exigeant le respect, par toutes les listes sans distinction, des dispositions de la Constitution et du   Code Electoral de notre pays. Sur le même registre, YAW constate avec regrets la dispersion des forces de gauche et de progrès à travers la multitude de listes en compétition  dans le pays. Pour YAW, l’impératif d’unification de la gauche anti-impérialiste, antilibérale, panafricaniste et socialiste reste plus actuel que jamais.
 

S’agissant de la situation sociale,  malgré le « pacte pour la stabilité sociale et l’émergence économique » signé entre le gouvernement du Président Macky Sall et les centrales syndicales, la récente grève de 03 jours des travailleurs de Dakar Dem Dikk et les diverses luttes sociales initiées en ville comme en campagne, montrent clairement que, dans la situation économique et sociale nationale  marquée par des difficultés structurelles, les masses populaires n’accepteront jamais d’être traitées en victimes expiatoires de crises dont elles ne sont pas responsables. Sous cet éclairage, l’unité scellée entre diverses centrales syndicales ainsi que les collectifs unitaires de lutte érigés dans plusieurs entreprises ou services, sont à encourager, loin de toute perspective étroitement corporatiste, ce dans l’intérêt supérieur des travailleurs, des classes et couches populaires.

 
De même, les travailleurs de la SONATEL ont tout à fait raison de s’opposer à tout projet de démantèlement de cette société à quelque 03 ans de la fin de la concession et ils administrent la preuve par 9, à travers leur mémorandum, que le ‘’Plan Sénégal Emergent’’ ne présente aucun avenir probant pour notre peuple s’il n’a pas comme soubassement un vrai ‘’Plan Sénégal Indépendant’’. Sous cet éclairage, tout accord de pêche avec l’U.E ou une autre partie, devra nécessairement impliquer les acteurs pour la préservation de leurs intérêts ainsi que des ressources halieutiques nationales au bénéfice des générations actuelles et futures. Il est tout aussi significatif de voir des sociétés nationales de manutention menacées de faillite à cause de faveurs injustifiées accordées à une entreprise étrangère comme NECOTRANS. Par ailleurs, une attention particulière doit être accordée à la finalisation correcte des travaux des Assises nationales sur le système éducatif en tant qu’enjeu stratégique majeur.

 
Au plan politique et institutionnel,  YAW appelle à dresser un barrage ferme contre les gesticulations, menaces et tentatives de déstabilisation orchestrées par l’ex-Président Abdoulaye WADE, qui ne respecte ni son âge ni sa fonction d’ancien Président de la République, se souciant uniquement de la libération de son fils Karim Wade. Comme YAW n’a jamais cessé de l’affirmer, Abdoulaye WADE, le parrain et l’inspirateur en chef des menées prédatrices d’enrichissement sans cause, lui le ‘’distributeur automatique de milliards’’,  devra rendre compte, un jour ou l’autre, pour les nombreux méfaits et crimes commis sous son magistère calamiteux à la tête du Sénégal.

 
Sur un autre registre, la réforme des institutions préconisée par les Assises nationales du Sénégal, notamment l’adoption d’une nouvelle Constitution, accuse un retard certain,  le Président Macky SALL ayant décidé de ne se prononcer qu’après les élections locales. De l’avis de YAW, la transition ouverte par la victoire du 25 Mars 2012 a mis en évidence deux perspectives enchevêtrées et contradictoires : l’une, porteuse de régression au profit des forces de réaction, avérées ou camouflées, charriant à foison des antivaleurs qui gangrènent dangereusement le tissu social ; l’autre, exprimant une dynamique de renouveau au bénéfice du peuple, interpellant toutes les parties prenantes de la majorité populaire et citoyenne actrice de la victoire du 25 Mars. Il est question pour YAW de promouvoir les quatre grands piliers que sont a) la révolution des mentalités et des comportements par l’impulsion d’une culture d’affirmation du citoyen sénégalais de type nouveau, b) l’indépendance nationale fondée sur la maitrise de notre propre destin aux divers plans politique, économique, social, culturel et écologique, c) la souveraineté populaire citoyenne, telle que prônée, au demeurant, par les Assises Nationales et la CNRI, d) la construction de l’unité africaine des peuples. 


Lundi 12 Mai 2014 - 13:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter