Locales-Malick Gakou : « C’est vrai que la plupart des populations de Guédiawaye auraient souhaité me voir mais… »

Son absence sur les listes des locales, source de beaucoup de commentaires, l’oblige à sortir du silence. Le numéro 2 de l’Alliance des Forces du Progrès (AFP) parle. A ce propos, Malick Gakou ne manque pas de solliciter la magnanimité des populations de Guédiawaye qui dit-il, « auraient souhaité le voir à la tête de la municipalité ». Mais l’ancien ministre des Sports et du Commerce qui nie toute pression ou un quelconque compromis, de leur donner rendez-vous dans le long terme.



Locales-Malick Gakou : « C’est vrai que la plupart des populations de Guédiawaye auraient souhaité me voir mais… »
« C’est vrai que la plupart des populations de Guédiawaye auraient souhaité me voir à la tête de la municipalité. C’est manifeste et je leur en exprime ma profonde gratitude mais je sollicite leur magnanimité pour comprendre ma décision de ne pas figurer sur aucune liste qui n’est la conséquence d’aucune pression encore moins d’un compromis quelconque. Le seul constat qui vaille dans le sens de cette décision est ma volonté de toujours servir Guédiawaye au mieux de ses intérêts dans le court, moyen et long terme », déclare Malick Gakou qui ne manque toutefois pas de préciser. « Mon parti n’a pas encore choisi entre Aliou Sall et Cheikh Sarr », les deux candidats de BBY déclarées à Guédiawaye, car sert l’ancien ministre du gouvernement d’Abdoul Mbaye, « nous devons donner aux populations le choix de décider des listes victorieuse avant de parler candidature de ville. Le moment venu, nous nous prononcerons sans équivoque ».


Mais le numéro 2 de l’AFP évite la dernière sortie du secrétaire général, Moustapha Niasse menaçant tout candidat de son parti qui se dresserait contre Macky Sall en 2017. Il se dit « trop petit pour commenter les déclarations de son père et référence » d’autant plus que selon lui, « pour l’heure, l’essentiel est de consacrer toutes nos énergies au sein de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY)… ».


Mais Malick Gakou, dans une interview accordée au journal « l’observateur », d’asséner que « la durée de vie devra être la résultante d’une concertation sans ambages entre les composantes… ». En attendant, le progressiste dit se consacrer à ses « activités professionnelles à travers la consultance et l’intermédiation financière avec (sa) société ». A cet effet, Malick Gakou « travaille quasi exclusivement à l’étranger ». 


Jeudi 8 Mai 2014 - 12:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter