Louga : 13 cas de viols et une centaine gérés dans le secret des maisons

Un rapport annuel rendu public par le Plan Louga signale 13 cas de viols officiellement traités par la justice durant le courant de l’année 2014. Un chiffre qui est loin de traduire la réalité. Car selon Oumar Ndiaye, chef MO, « si un cas de viol est tombé entre les mains de la justice, au moins 10 sont gérés en toute discrétion au sein de la famille pour des considérations socioculturelles ».



Louga : 13 cas de viols et une centaine gérés dans le secret des maisons
Mamadou Mboup, est poursuivi par le tribunal correctionnel de Louga pour tentative de viol sur une mineure de moins de 13 ans. Il a occupé d’une peine d’emprisonnement ferme de 5 ans. Sa victime, toujours sous le choc, traîne comme un boulet, pour le restant de sa vie, son traumatisme. La jeune fille dont les parents ont le courage de porter cette affaire devant la justice, n’est pas la seule victime des chauds lapins sans cœur qui font maintenant légion à Louga.


En attestant les résultats d’une étude rendue ressèment publique par Plan Louga. Dans ce document il est clairement mentionné qu’ «officiellement, 13 filles victimes d’un viol à Louga, dans le courant de l’année 2014, ont été suivies par Plan Louga ».


Cependant, ce chiffre alarmant qui donne froid au dos est loin de refléter la réalité, nous dit « L’Observateur ». « Le phénomène (viol) dépasse l’entendement à Louga. 13 cas  répertoriés sont assez révélateurs, car si un cas de viol est arrivé au tribunal, au même moment plus d’une dizaine sont gérés en tout discrétion dans le secret des maisons », rapporte Oumar Ndiaye, chef du service régional de l’Action éducative en milieu ouvert (Aemo), une structure logée au tribunal régional de la localité. 
 
                                                                 


Lundi 4 Août 2014 - 13:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter