Lutte Sénégalaise : Entente impossible entre promoteurs?

Comme dans une jungle, les promoteurs de lutte s'échanges des coups. Au fur et à mesure que la saison de lutte bat son plein, la guerre augmente d'intensité.



Lutte Sénégalaise : Entente impossible entre promoteurs?
 

    Entre promoteurs de lutte, l’amitié semble être de façade. Derrière les belles paroles qu’ils se lancent souvent devant les écrans de télévision se cache une guerre acerbe. Chaque année, la bataille s’intensifie au fur et à mesure que la saison de lutte bat son plein. L’année dernière la bataille opposait Gaston Mbengue au promoteur Luc Nicolaï. Le dernier nommé étant entre les mains de la justice,  nombre d’observateurs pensaient que l’animosité entre les promoteurs va baisser d’intensité.
Mais c’était sa compter avec les ambitions des uns et des autres. Après la descente aux enfers de Luc Nicolaï, le promoteur Aziz Ndiaye semble monter en puissance. Il a réussi à décrocher toutes les grandes affiches de la saison. Il s’agit entre autres, des combats Balla Gaye II-Tapha Tine,  Modou Lô-Eumeu Sène. Cette performance menace-t-elle le trône du « Don King » de l’arène ?  En tout cas, Gaston Mbengue a multiplié ces temps-ci des sorties contre les télévisions qui, selon lui, ont manqué de loyauté à son égard. Et ils n’épargnent pas ceux « n’étaient rien quand (il) démenait comme il peut pour faire la promotion de la lutte ».
Mais la réplique ne s’est pas fait attendre. « (Gaston Mbengue) doit se taire. Hier, c’était lui et aujourd’hui, ce sont d’autres personnes qui tiennent les rênes de l’arène. Il doit au moins nous respecter. Il est en train de dire du n’importe quoi sur nous et nos partenaires. S’il se permet de critiquer nos partenaires, c’est parce qu’il n’a aucun respect pour nous. Ce que le gars-là est en train de faire est irrespectueux. Ça me fait mal. Un homme comme lui doit avoir un esprit de dépassement », martèle Aziz Ndiaye dans un entretien a accordé à nos confrères de l’Observateur.
Le jeune promoteur semble ranger « le Don king » de l’arène dans le passé. « Tout le temps qu’il était en partenariat avec ces gens qu’il critique aujourd’hui, personne ne le lui avait reproché. Qu’il arrête parce que même s’il se retire de l’arène, la lutte continuera à marcher et de bien meilleure manière », a dit Aziz Ndiaye.
Cette réplique semble montrer que la paix entre promoteurs n’est pas pour demain. Qui remportera la bataille ? En tout cas, les communicateurs traditionnels qui sont prompts à  mener des missions de bons offices semblent désarmer pour faire fumer le calumet de la paix aux protagonistes.


Mercredi 13 Février 2013 - 13:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter