Lutte : Tous « Unis » contre Cheikh Yerim Seck

Les propos acerbes à l'encontre de la lutte qu'il a tenu dans son nouveau livre "Ces goulots qui étranglent le Sénégal" ne sont pas à plaire aux acteurs de notre "sport national". Ces derniers ont tiré à boulets rouges sur le journaliste, écrivain Cheikh Yerim Seck auteur de cet ouvrage.



Cheikh Yérim Seck y regardera à 2 fois, dans l’avenir, avant de s’attaquer au monde de la lutte. Depuis la sortie de son livre «Ces goulots qui étranglent le Sénégal», où il s’en était violement pris aux lutteurs et à la place qu’ils occupent dans la société actuelle, il ne reçoit que des critiques de la part des pratiquants de ce sport bien de chez nous.
 
Yérim Seck «La lutte a perdu son âme»
«La lutte…Encore la lutte…Toujours la lutte ! Le Sénégal ploie sous le poids de la lutte. Le Sénégal étouffe sous l’effet de la pollution par la lutte. Et le Sénégal se laisse empoisonner par la toxine de la lutte.  La lutte est partout et agresse notre cadre de vie au quotidien. Toutes les artères de Dakar sont dominées par des affiches de mastodontes qui rivalisent de muscles et de hargne. Dès l’ouverture de la saison, presque tous les vendredis, samedis et dimanches deviennent des dates, des jours où des gaillards de masse supérieure à 100 kg se cognent à sang, s’étripent, se projettent au sel ». Avant de poursuivre. Auréolé du titre «sport national du Sénégal, martelé à souhait par les communicateurs traditionnels reconvertis en reporters des combats, la lutte a perdu son âme après l’irruption de l’argent. Les cachets au dessus de la centaine de millions versés à certains lutteurs, les grosses mises des sponsors, les pratiques des promoteurs de combat, le business induit au niveau des télés…ont fini de dénaturer un sport noble à la base», a-t-il dénoncé.
 
Aziz Ndiaye : «Prêt à le défier pour un débat»
Une levée de bois vert s’en est suivie, toutes  les sorties plus virulentes les unes des autres. C’est le promoteur Aziz  Ndiaye qui a ouvert les hostilités en premier. «On lui voue beaucoup de respect mais il ne doit pas s’attaquer à notre sport national. Je suis prêt à le défier pour un débat», a dit le bouillant promoteur à l’endroit du journaliste.
 
 
Gouye-Gui : «Le gars qui avait maille à partir avec la fille ? Je ne vais pas parler de lui»
Mais, ce petit recadrage ne sera pas suffisant pour les lutteurs. Ce sont les plus en vu qui sont montés au créneau pour fustiger les paroles de Yérim Seck. Ne se limitant pas à réfuté le statut d’anti modèles décrit par Yérim Seck, ils s’en sont pris à son passé récent. «Qui est Cheikh Yérim Seck? C’est un Sénégalais? C’est lui qui avait maille à partir avec la fille pour des histoires peu orthodoxes? Je ne vais pas parler de lui», a ironisé Gouye-Gui.
 
Balla Gaye 2 : «On sait ce qu’il vient de poser comme acte »
Le champion du Simpi s’est fait emboîté le pas par le roi des arènes, Balla Gaye 2. «On sait ce qu’il vient de poser comme acte (Cheikh Yérim a fait de la prison pour viol). Nous, lutteurs, sommes des nobles. Nous sommes dignes. Par la grâce de Dieu, nous avons la cote. Personne n’y peut rien. On récolte les fruits de notre dur labeur », a martelé le fils de Double Less. Dans un entretien accordé au quotidien SunuLamb.
 
Modou Lô: «Cheikh Yérim Seck devait même avoir honte»
 Dans le même canard, Modou Kharagne Lô n’a pas raté Cheikh Yérim Seck ce jeudi. «Yérim Seck n`est pas une référence. Je ne sais pas si c`est parce qu`il voulait créer le buzz qu`il est passé par la lutte, pour se faire une autre image. Mais qu`il sache que la lutte est notre sport national et nous ne voulons pas qu`on tire dessus. Cheikh Yérim Seck devait même avoir honte de faire certaines sorties. Il ne devait pas penser à attaquer la lutte », a pesté le tombeur d’Eumeu Sène.
Ainsi, pour le monde de la lutte, les mots de Cheikh Yérim Seck sont mal venus pour de la part homme qui a un lourd passé. On attend d’autres lutteurs.
 
 
SportSenegal.com
 


Vendredi 9 Mai 2014 - 14:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter