Lutte contre Boko Haram: sommet régional au Nigeria

Les chefs d'Etat de cinq pays de la sous-région engagés dans la lutte contre les jihadistes sont réunis en sommet ce jeudi 11 juin dans la capitale du Nigeria, Abuja. Depuis mardi, les chefs d'Etat major de ces cinq pays y sont déjà réunis : Nigeria, Niger, Tchad, Cameroun et Bénin. Objectif renforcer la coopération sécuritaire dans la lutte contre Boko Haram et finaliser leur plan de lutte contre l'insurrection jihadiste. Au menu également, la fameuse force armée africaine dont les contours sont encore flous.



Depuis son investiture, le président nigérian Muhammadu Buhari (G) a multiplié les tournées, notamment au Niger, où il a rencontré son homologue Mahamadou Issoufou (D), pour organiser la lutte contre Boko Haram. REUTERS/Tagaza Djibo
Depuis son investiture, le président nigérian Muhammadu Buhari (G) a multiplié les tournées, notamment au Niger, où il a rencontré son homologue Mahamadou Issoufou (D), pour organiser la lutte contre Boko Haram. REUTERS/Tagaza Djibo

Les cinq chefs d'Etat major se sont réunis jusque tard dans la soirée de mercredi pour s'entendre sur un plan de travail préparatoire à proposer aux présidents ce jeudi 11 juin.

Depuis qu'il a été investi président de la République  il y a moins de deux semaines, Muhammadu Buhari s'est presque entièrement consacré à trouver des solutions concrètes dans la lutte contre Boko Haram - en mettant en avant la carte de la coordination régionale - une première dans la politique nigériane.

Après une tournée au Niger et au Tchad, ainsi que sa participation au G7 en Allemagne  pour plus de soutien international en matière de renseignement et de formation, l'organisation de ce sommet confirme, s'il en fallait encore la preuve, la volonté de Muhammadu Buhari d'agir rapidement.

La mise en place d'une force armée africaine

 

Alors que les soldats camerounais, nigériens et tchadiens ont engagé les combats contre la secte islamiste  en janvier dernier, il s'agit aujourd'hui de définir un cadre plus formel pour le déploiement de la force multinationale mixte qui associe le Nigeria et le Bénin sous l'égide de l'Union africaine.

Avec cet ennemi commun, ces pays sont déjà contraints depuis des mois à plus de coopération, mais la force multinationale promise  n'est pas encore sur pied. A terme, cette force africaine anti-Boko Haram doit compter 8 700 militaires, policiers et civils avec un quartier général installé à Ndjamena. Mais son délai de mise en place, initialement prévu pour novembre, devrait être repoussé, malgré la volonté affiché du président nigérian de faire vite.

Muhammadu Buhari « est très décidé, et les discussions que nous avons eues avec lui nous rassurent sur le fait que nous viendrons à bout de ce phénomène odieux », déclarait cette semaine Boni Yayi en visite à Paris. Le président béninois assure que la force militaire africaine contre Boko Haram sera à l'oeuvre « très bientôt ». Mardi, Boni Yayi est allé jusqu'a préciser que les militaires béninois étaient « en stand by » en attendant une résolution de l'ONU.


Rfi.fr

Jeudi 11 Juin 2015 - 07:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter