Lutte contre Ebola : les autorités parlent de corridor humanitaire

La mobilisation s’organise contre le virus Ebola en Afrique de l’Ouest. Alors que des soldats américains sont arrivés en Sierre Leone, un porte-parole du ministère allemand de la Défense a annoncé vendredi dernier que la France et l’Allemagne avaient convenu de mettre en place un pont aérien en se servant de Dakar comme base arrière.



L’aéroport militaire de Ouakam, près de Dakar, au Sénégal. Wikimedia
L’aéroport militaire de Ouakam, près de Dakar, au Sénégal. Wikimedia
Après les annonces du week-end, beaucoup de questions restaient lundi encore en suspens à Dakar. Il faut désormais savoir ce qui va transiter au juste par l’aéroport militaire de Ouakam. Y aura-t-il vraiment de nombreuses rotations ? Quels seront les moyens réellement mis en œuvre ? D’après une source diplomatique, deux avions Transall allemands pourraient en effet se poser dans les jours qui viennent.
 
Côté français, il n'y a pas de rotation particulière prévue pour le moment et au lieu de l’expression « pont aérien », on préfère plutôt parler du corridor humanitaire déjà en discussion depuis plus d’un mois entre les autorités sénégalaises, Médecins sans Frontières et le Programme alimentaire mondial. Il est question de monter sur l’aéroport militaire, une véritable petite salle d’embarquement avec toutes les précautions sanitaires qui s’imposent. Les éléments français au Sénégal envisagent d’apporter une aide dans le montage de la structure.
 
D’après la ministre sénégalaise de la Santé, ce corridor pourrait s’ouvrir cette semaine. Awa Marie Coll Seck a déjà prévenu : « Nous sommes disposés à tout faire pour appuyer le gouvernement américain et les autres gouvernements, mais il n’y aura qu’un seul corridor, il n’y aura qu’une seule porte ».
 

Rfi.fr

Mardi 23 Septembre 2014 - 12:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter