Lutte contre l’enrichissement illicite : la Crei reprend service.

L’épée de Damoclès pèse plus que jamais sur la tête de certaines personnalités publiques sénégalaises. En effet on va assister, sous peu, à l’ouverture ou la réouverture de certains dossiers que les Sénégalais pensaient enterrés à jamais.



Lutte contre l’enrichissement illicite : la Crei reprend service.
Ceux qui pensaient que la traque des biens supposés mal acquis va s’arrêter  avec la condamnation de Karim Wade vont devoir déchanter. En effet, la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) va dépoussiérer d’autres dossiers sous peu, informe une source que l’Observateur a approché  «Le personnel d’appui préposé aux tâches administratives, telles que l’établissement et la délivrance des convocations, la rédaction du questionnaire lié à la mise en demeure à adresser aux intéressés de justifier leurs biens et avoirs répertoriés, est déjà à pied d’œuvre, tient à portée de main tous les formulaires nécessaires au redémarrage des activités judiciaires proprement dites, et n’attend plus que le signal et les instructions des magistrats pour relancer la machine », a-t-elle affirmé.

Des déclarations de certains proches du Président de la République, Macky Sall, viennent étayer ces propos. En effet, ils affirment que le chef de l’Etat est déterminer à : faire appliquer la loi et recouvrer les fonds du Sénégal : «Le Président Sall a manifesté son souhait de voir cette lutte prendre une dimension autrement plus importante, du point de vue du recouvrement des deniers spoliés et thésaurisé dans des institutions financières à l’étranger», ont-ils déclaré.
 
Dans cette lutte, Macky Sall ne compte pas reculer et fait même le nécessaire pour booster les enquêtes avec des commissions rogatoires anticipées : «l’idéal serait de mettre à la disposition de la justice des indications fiables et autres canevas, telles que la découverte et la saisie de de sommes d’argent supposées êtres des deniers publics détournés soient effectuées auprès des banques sur le territoire sénégalais ou à l’étranger. A défaut, le gouvernement attend une bonne traçabilité des deniers supposés spoliés », ont-t-ils déclaré.
 
Le Président Sall compte, avec cette démarche, prévenir les reproches de certaines personnes qui pensent qu’il n’y a rien à découvrir et que cette lutte n’est que le moyen de museler de potentiels adversaires politiques.

Ousmane Demba Kane

Mardi 6 Octobre 2015 - 08:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter