Lutte contre le sida : le pape Benoît XVI reconnaît le rôle du préservatif

Dans un livre d'entretien à paraître mardi, le pape admet l'utilisation du préservatif pour réduire le risque de contamination par le virus du sida. Le directeur du programme Onusida a salué cette prise de position et l'évolution de la position du Vatican.On se souvient qu'en mars 2009, Benoît XVI avait soulevé une grande indignation en déclarant lors d'un voyage en Afrique que l' utilisation du préservatif «aggravait» le problème du sida alors que la maladie fait des ravages sur le continent.



Le pape Benoît XVI à la basilique Saint-Pierre au Vatican, le 20 novembre 2010. Il a déclaré que l'utilisation du préservatif est acceptable dans «certains cas» notamment pour «réduire le risque de contamination au VIH». Alberto Pizzoli / AFP
Le pape Benoît XVI à la basilique Saint-Pierre au Vatican, le 20 novembre 2010. Il a déclaré que l'utilisation du préservatif est acceptable dans «certains cas» notamment pour «réduire le risque de contamination au VIH». Alberto Pizzoli / AFP
Dans ce livre inédit intitulé Lumière du monde, Benoît XVI se confie sans faux-semblants à un journaliste allemand. Quelques petites phrases du pape attirent l’attention de tous. Ainsi, noir sur blanc, pour la première fois, il ouvre la voie à l’utilisation du préservatif en matière de lutte contre le sida. Le préservatif est utile «dans certains cas» affirme Benoît XVI, afin de «réduire les risques de contamination». Il prend alors pour exemple le cas de la prostitution masculine. Le pape ne juge cependant pas l’utilisation du préservatif comme la véritable manière de vaincre le sida. Le chef de l’église catholique met alors en garde alors contre une «banalisation de la sexualité» ; une sexualité, dit-il, qui serait devenue une drogue et qui doit être au contraire humanisée.

Au fil des pages de ce livre d’entretiens, le pape évoque aussi le choc énorme qu’il a ressenti face à l’ampleur des scandales de pédophilie au sein de l’Eglise. Dans une référence explicite cette fois-ci à la France, il se prononce contre une interdiction généralisée du port de la burka. Il se confie aussi longuement et très personnellement sur la difficulté de son ministère de pape, sur ses priorités et revient enfin sur les différentes crises qui ont secoué les cinq premières années de son pontificat.

Par RFI

Dimanche 21 Novembre 2010 - 09:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter