Lutte contre le terrorisme: Arrêté en Mauritanie, le présumé djihadiste sénégalais auditionné à la DIC depuis jeudi

Les éléments du commissaire Ibrahima Diop de la Division des Investigations Criminelles (DIC) ont du pain sur la planche car la Mauritanie vient de leur refiler la patate chaude à savoir un présumé djihadiste sénégalais arrêté en Mauritanie et acheminé à Dakar depuis ce jeudi sous bonne escorte policière. Il revient maintenant aux éléments de la DIC de voir en détails les activités de ce djihadiste et essayer d’établir ses possibles connexions au Sénégal s’il y’en a. Une tâche pas aisée pour les enquêteurs qui ont commencé à entendre l’homme.



Lutte contre le terrorisme: Arrêté en Mauritanie, le présumé djihadiste sénégalais auditionné à la DIC depuis jeudi
L’homme faisait partie d’une bande de huit (8) présumés terroristes placés récemment sous mandat de dépôt par le Doyen des juges d’instruction. Et, c’est ce jeudi, tard dans la soirée, que la DIC a accueilli le présumé djihadiste sénégalais, arrêté par les services de police mauritanienne.

Selon "l'Observateur", ce présumé terroriste avait pris la fuite quand un de ses complices se faisait arrêter. La remise du “colis” a eu lieu à la frontière, à Rosso Sénégal. Connu des services de la police mauritanienne, il est catalogué comme un élément dangereux qui a eu à combattre aux côtés des djihadistes de Boko Haram. L’homme a été acheminé à Dakar sous bonne escorte policière et nuitamment introduit dans les locaux de la DIC.
 
Et à en croire toujours le journal, il a fait face aux enquêteurs pour que l’on puisse connaître son degré d’implication dans les mouvements djihadistes en Afrique de l’Ouest et leurs projets en cours. Surtout que les services de renseignements français et américains ont tous alerté les autorités sénégalaises sur les menaces djihadistes en Afrique de l’Ouest.

Plus grave, les huit (8) présumés qui croupissent à Rebeuss ont révélé, au cours de leurs auditions aux policiers-enquêteurs, que vingt-trois (23) autres sénégalais ont rejoint Boko Haram depuis 2015 et sont impliqués dans les combats.
 
Autres révélations faites par le présumé djihadiste, la mise en place d’un projet de construction de camp d’entraînement quelque part dans les zones frontalières a été aussi révélé par les détenus. Projet accepté par Aboubacar Shékau, chef de Boko Haram.

Khadim FALL

Samedi 23 Juillet 2016 - 09:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter